AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Luce Covner

Aller en bas 
AuteurMessage
Luce Covner
Poufsouffle & Septième Année
Poufsouffle & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 38
Date d'inscription : 06/01/2008

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Luce Covner   Dim 6 Jan - 21:55



----


1er Septembre 1991, Gare de King’s Cross.


Luce! Luce Covner! Viens ici tout de suite!
Oui maman, j’arrive!
Luce… Tout de suite!
Deux secondes…
J’ai dit tout de suite!

La petite fille détacha avec peine ses yeux de l’affiche publicitaire qui annonçait l’évènement de l’année, du siècle, du millénaire! Cet évènement qu’elle avait attendu avec tant de hâte, et auquel elle n’allait pas pouvoir assister. Alors là, tout de suite, deux questions fleurissent entre vos trois neurones. La première: quel évènement? La deuxième: Pourquoi? Et bah j’vais être sympa, et répondre dans l’ordre… D’abord, la deuxième. Pourquoi? Parce qu’il y a un truc qui s’appelle Poudlard, (oui vous savez, l’espèce de grand machin dans lequel on apprend la magie) et il se trouve que Luce est sur le point de prendre le train pour Poudlard. Et l’évènement en question ayant lieu à la mi-novembre, elle n’avait aucune chance de pouvoir y assister. Maintenant, la première question. Quel évènement?

Maman! C’est écrit qu’il y aura des lions, et même un éléphant! Un vrai éléphant!!!

Elle lui fit les yeux du chat de Shrek, mais maman Covner resta impassible. C’est qu’elle en avait l’habitude, des Luce-ités de sa fille. Quoi? Comment? L’évènement? Ah oui… Ben vous avez pas compris? Je parle du cirque bien sûr! Un cirque. Ben oui, un cirque! … Bah quoi? Elle avait onze ans, à cet âge, il est normal de faire tout un… cirque, pour aller en voir un! En plus avec des lions. Et un vrai éléphant! Elle n’avait pas eu l’occasion d’en voir beaucoup, la pauvre. La mère, née dans une famille modeste de sorciers, n’ayant pas les moyens de profiter des plaisirs du cirque, le père, héritier d’une famille aisée de moldus, trop occupée à séduire les « gens d’en haut » pour penser à un plaisir aussi simple que celui du cirque. Conclusion: ça n’était pas dans les mœurs familiales. Pourtant, Luce avait déjà réussi à les convaincre une ou deux fois, lui, de lâcher son boulot, elle, de profiter de leur aisance financière, pour qu’ils l’emmènent au cirque, au cinéma, ou à un ballet de patinage sur glace. Ce dernier fut d’ailleurs le plus marquant, puisque c’est à cette occasion qu’elle eut son premier baiser. Ou plutôt, devrais-je dire, qu’on lui vola son premier baiser. C’était un jeune homme tout à fait charmant, d’à peu près huit ans, qui s’appelait Cooper, et qui avait cru que l’ « affaire était dans le sac » parce qu’ils avaient passé toute la soirée à se courir après, bousculant les spectateurs, et même quelques paquets de pop-corn. Elle ne l’avait plus revu, depuis, mais son image restait gravée dans sa mémoire… A n’en pas douter, la prochaine fois qu’elle le verrait, elle n’hésiterait pas, elle se précipiterait sur lui, et lui filerait une bonne raclée; celle qu’il n’avait pas eue, et pourtant méritée, lors de ce fameux ballet. Non mais sans blague! Cette histoire l’avait traumatisée! Elle était une traumatisée des garçons, et ça se ressentait sur sa vie amoureuse: quasi-inexistante. M’enfin à onze ans, y a plus grave comme problème… Par exemple

Allez, viens, tu vas être en retard.

Mrs Covner saisit sa fille par le bras, et l’entraîna vers le quai numéro neuf sans plus de cérémonies.

Maman?
Oui?
Ça fait quoi si je rate le train?
Ça fait que tu n’iras pas à l’école cette année, que tu resteras à la maison et…
Et je pourrai aller au cirque?

Les étoiles scintillant dans les yeux verts de la petite n’entraînèrent aucune réaction, sinon un soupir d’exaspération de la femme.

Travaille bien à l’école, et tu pourras en voir tant que tu veux, des cirques.
Tant que je veux?
Oui.
D’accord.

Elles firent encore quelques pas, en silence.

Maman?
Oui?
Tu veux pas venir avec moi dans le train?
Non ma chérie, je te l’ai déjà dit, c’est que pour les enfants.

Au même moment, elles traversèrent la barrière entre les quais neuf et dix. Pour la petite fille, c’était la première fois, mais Mrs Covner avait dû l’oublier, puisqu’elle n’avait pas pris le temps d’expliquer à sa fille qu’il ne fallait pas avoir peur de foncer droit dans un mur. De toutes façons, Luce n’avait rien remarqué, bien trop absorbée par sa conversation avec sa mère. A moins que ce ne fut à cause de sa confiance aveugle en cet être aux longs cheveux bruns dans lesquels elle adorait jouer, et dont elle avait hérité.

C’est ça le train?
Oui, voilà le Poudlard Express.
Y a des gens qui sont grands dans ce train…

La fierté qui était apparue dans la voix de Mrs Covner disparut aussitôt, remplacée par l’étonnement. Elle n’en revenait pas que sa fille reste de marbre devant un spectacle si impressionnant. Cette enfant avait trop été habituée au luxe. Luce, quant à elle, avait déjà une autre question en tête.

Eh bien… oui, ce sont de grands enfants…
Maman?
Mmh?
Pourquoi papa est pas venu?

Cette enfant changeait de sujet comme une Tonks change d’apparence. C’était troublant. Certains diraient que c’était de l’instabilité, elle disait que c’était de la vivacité d’esprit.

Euhm… il a du…

Le départ imminent fut annoncé par le sifflement strident de l’engin à vapeur.

…travail. Tiens, prends tes affaires et monte. Tu dois trouver un compartiment pour le voyage.
Tu viens vraiment pas?
Luce! Monte dans ce train!
D’accord, j’y vais.

Et elle grimpa. Sans le moindre signe, sans le moindre regard, elle monta et disparut parmi les élèves qui faisaient deux fois sa taille. Sa mère ne revit pas une seule de ses mèches brunes jusqu’au Noël suivant.



----


1er Septembre 1991, Hall de Poudlard


Dites, c’est quand qu’on mange? J’ai faim.
T’as pas mangé dans le train? Moi j’ai acheté pleins de trucs… euh… j’ai encore des patacitrouilles… oh, et une chocogrenouille, tu le veux?
Non, merci. J’ai pas demandé l’aumône.
Mais…
Oh, ça va, gosse de riche, j’t’ai pas sonnée!
Mais…

Le regard qu’elle reçut la cloua sur place. C’était quoi ces gens? Non mais, c’était quoi ces gens! Elle avait voulu être gentille, c’était tout. Pourquoi s’était-il énervé comme ça? Elle regarda le jeune homme s’éloigner, accompagné de murmures de la part de la bande qu’il s’était apparemment déjà faite.

T’as pas été un peu dur?
J’aime pas les gens qui étalent leur fortune.

Moi c’est Simon.

Hein? Quoi? Qui osait l’interrompre dans son… dans son quoi déjà? Son humiliation? Non, c’était un peu fort. Sa surprise. Qui osait l’interrompre dans sa surprise? Ah, il s’était présenté. Simon. Enchantée.

Pourquoi il voulait pas de ma chocogrenouille? Je l’avais pas encore ouverte!
C’est un pauvre, il aime pas les riches. Et nous, les riches, on aime pas les pauvres. C’est la guerre, comme à Poudlard entre Serpentard et Gryffondor.
Entre quoi? Mais je veux pas de guerre, moi!
Et bah tu l’auras quand même. M’enfin, tant que tu vas pas chez ces prétentieux de Gryffondors…
Ah…

Gryffondors prétentieux, guerre entre Gryffondor et Serpentard, ok, je note. La conversation entre les deux jeunes sorciers fut interrompue par une femme d’âge plutôt avancé, dirons-nous, portant des lunettes rondes et un chapeau vert émeraude, parfaitement accordé à sa robe. Celle-ci leur expliqua ce qui allait se passer ensuite, elle parlait d’un chapeau, pardon, choixpeau, de répartition, de maisons, etc… Luce comprit qu’elle devrait suivre les autres, et finalement, faire comme les autres, ce qui n’était, en soi, pas très compliqué.

Connor, Simon

L’assistance devint silencieuse alors que le dénommé Simon Connor sortit de la masse de premières années pour aller s’asseoir sur le tabouret portant le choixpeau magique. Et, devinez quoi? Le Simon qui était sous le choixpeau, c’était le même que celui qui avait engagé la conversation avec Luce quelques instants plutôt. Et devinez quoi? Le choixpeau n’eut pas un moment d’hésitation avant de l’envoyer à Serpentard. Ça vous étonne, hein?

Covner, Luce

Après un bref sursaut, la jeune fille s’avança à son tour, et alla s’installer sur le tabouret, et on lui posa le choixpeau sur la tête. Il y eu un moment de silence, un long moment de silence. On aurait même pu appeler ça un moment de solitude (parce que, il fallait le rappelait, des centaines de paires d’yeux étaient posés sur elle à cet instant précis), mais pour elle, c’était juste du silence. La solitude? Elle connaissait pas.

*Et bien, voici un cas complexe.*
Quoi?

A haute et intelligible voix, pour être sûre que le monsieur qui parlait du chapeau (d’ailleurs, pourquoi un monsieur? Pourquoi pas une madame? J’suis pas d’accord, il faut révolutionner le choixpeau) l’entende bien. Mais… peut-être à un peu trop haute et un peu trop intelligible voix…

*Non, non, tu n’as pas besoin de parler si fort! Il suffit de penser, et j’entendrai tes pensées.*
Wouah… trop fort… Euh… pardon.
*Quoi?*

*Hum. Tu pourrais accomplir de grandes choses…*
*De grandes choses? Vraiment?*
*Hum… oui, de grandes choses…*
*Comme créer un cirque?*
*Pardon? Euh… non, je ne parlais pas de ce genre de chose…*
*Ah…*
*Mais il y a de plus grandes choses… Regarde ceux qui ont construit cette école, Gryffondor, Serpentard,…*
*Mais y a la guerre*
*La guerre? Quelle guerre*
*Entre Gryffondor et Serpentard ?*
*Euhm… Non, je n’appellerais pas ça une guerre… Plutôt une…rivalité.*
*Ah… C’est pas vraiment la guerre?*
*Bien sûr que non, vous ne savez pas ce que c’est, la guerre*
*Si, je sais, c’est pas bien la guerre. Je veux pas la guerre*
*Pas la guerre… Très bien, je pense que j’en ai assez entendu pour ne plus avoir de doutes.*
*Sur quoi?*

POUFSOUFFLE

Elle fut accueillie, comme on peut s’en douter, par un tonnerre d’applaudissements à la table des Poufsouffle. Et quand le silence retomba, que les poignées de mains et les tapes amicales dans le dos cessèrent, que les sourires et les mots de bienvenue se turent, un autre élève fut appelé. Puis un autre, puis encore un autre, et ce, jusqu’à

Stanford, Mark

Comme pour toutes les autres personnes qui étaient appelées, Luce se retourna vers les élèves qui n’étaient pas encore répartis. Ils n’en restait plus beaucoup, elle n’eut donc aucun mal à voir celui qui avait réagi à l’appel de son prénom. Il s’agissait de monsieur « j’t’ai pas sonnée », vous vous rappelez? Ben voilà, lui-même. Et devinez quoi?

SERPENTARD

Et bien oui, contre toute attente, il s’était retrouvé dans la même maison que Simon. Luce se demandait encore comment cela allait bien pouvoir se passer, puisque les pauvres n’aimaient pas les riches, et vice versa, quand elle vit quelque chose qui la surprit. Mais qui la surprit vraiment, encore plus que le chapeau qui parle, encore plus que l’agressivité de Mark à son égard, et encore plus que d’apprendre que le père noël n’existait pas: Le dénommé Simon se décala sur le banc, et dégagea la place pour que Mark puisse s’asseoir à côté de lui. Il l’accueillit avec une accolade chaleureuse, sans un seul regard vers Luce, qui les observait, confuse. Les riches aiment pas les pauvres? Ben voyons…


Dernière édition par le Dim 6 Jan - 22:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luce Covner
Poufsouffle & Septième Année
Poufsouffle & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 25
Age : 38
Date d'inscription : 06/01/2008

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Re: Luce Covner   Dim 6 Jan - 22:10

21 novembre 1994, Salle commune des Poufsouffle


Regarde la robe que j’ai trouvée à Gaichiffon ce matin
Oooh elle est magnifique, tu vas la mettre au bal?
Ouais, si j’me fais inviter…
Quoi? Ton prince charmant t’a toujours pas invitée?
Non, il est un peu… occupé en ce moment…
Mouais… mais je sais pas comment tu vas faire, Victor reste caché dans son repère
Tu sais, si tu réagis pas, il va te passer sous le nez, ton Krum.

Luce s’enfonça un peu plus dans son fauteuil, et reprit sa lecture. Elle était en quatrième année, et comme toutes les filles de son âge, pensait au bal qui aurait lieu à Noël. Elle ne savait toujours pas si elle resterait ou pas, tout dépendait du nombre d’invitations qu’elle recevrait. Pour l’instant, ce nombre s’élevait à zéro, mais elle s’en fichait un peu. Ses copines avaient passé leur journée à Gaichiffon, ou chez madame Pieddodu où elles avaient pu espionner des couples se faisant les yeux doux dans une atmosphère rose bonbon, le tout agrémenté par des chérubins qui lançaient des confettis, roses, eux-aussi. Elle, était allée chez Honeydukes, avait bu une Bièraubeurre aux Trois B, et s’était acheté une plume d’aigle noire et argent à Scribenpenne. Oh, et elle s’était arrêtée un instant chez Zonko, mais rien ne lui plut dans ce qu’elle vit. Pas assez, en tout cas, pour qu’elle l’achète. Elle faisait toujours partie de ceux qu’on appelle « riches », mais aucun signe extérieur ne le laissait paraître, à part peut-être le bronzage qu’elle affichait parfois à la rentrée de janvier, signe évident de vacances de noël passées au soleil. Elle n’avait reçut aucune remarque désobligeante à ce propos, depuis cet incident avant sa répartition. Mark semblait être guéri de tous ses préjugés sur les riches, surtout depuis que Simon était devenu son meilleur ami, et qu’il l’invitait chez lui chaque été. Bref, tout allait bien dans le meilleur des mondes.

Oh mon Dieu, regardez les cheveux de Rachel! Ce matin ils lui arrivaient aux épaules, et ce soir ils descendent jusqu’au bas du dos!
Ah! Mais c’est vrai, ça! Rachel! Tu peux venir un instant?
Quoi?

Luce fut à nouveau sortie de sa lecture par ses deux camarades de chambrée. Ah mais j’vous ai pas présenté! Jill Williams, et Bethany Smith, Beth pour les intimes. Elles s’étaient rencontrées… bah… dans leur dortoir, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise de plus? Donc, la susnommée Rachel, grande blonde élancée de septième année, s’approcha de notre trio, accompagnée de ses fidèles suivantes.

Oui?
Tu t’étais pas coupé les cheveux hier soir? Comment ça se fait qu’ils soient longs aujourd’hui?
Ça s’appelle la magie, Jill.
Oui, je sais, mais j’veux dire…
Comment t’as fait?
Ben… c’est des sortilèges qu’on n’apprend pas en cours. Moi c’est ma mère qui me les a appris.
Tu peux les utiliser comme tu veux??? Wouah… C’est super!
En tout cas, ça te va super bien! C’est pour Cédric que tu fais ça?
Moi j’les préfèrais courts…
Quoi? Tu préfères courts? D’accord, va pour courts.

La septième année agita sa baguette en direction des cheveux de Luce, et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, les longs cheveux bruns qu’elle avait hérité de sa mère, et qu’elle adorait, raccourcirent presque jusqu’à ses épaules.

Mais…?!?
Tu les voulais courts, voilà, c’est fait. Et oui, c’est pour Cédric, mais cet imbécile passe son temps à courir après Chang
Comment t’as fait???
Ah ben ça… J’te laisse le découvrir toute seule. Ça te rendra un peu plus sérieuse, et ça fera des points en plus pour notre maison.
Mais…mes cheveux?

Sans plus de détails, la blonde (j’ai dit que c’était la préfète?) tourna sur ses talons et partit, direction son dortoir, suivie par…ses suivantes.

Mais… je travaille très bien…

Oui, elle travaillait très bien. M’enfin, peut-être pas aussi bien qu’un Serdaigle, ou une Granger, mais elle travaillait bien. C’était de la pure injustice. Et ses cheveux, ses pauvres cheveux, victimes du manque de discernement d’une préfète qui pensait tout savoir des élèves de sa maison, juste parce qu’elle était préfète. De l’injustice.

----


Vendredi 15 Décembre 1995, Bibliothèque de Poudlard


T’as pas vu mon écharpe?
Ton écharpe? Non. Elle est pas sous la table ?
Ça me rappelle quelque chose… Nan, elle y est pas
T’es arrivée avec? Tu l’as peut-être oubliée dans ton dortoir…
Non, je sors pas sans mon écharpe.
Elle t’en voudrait?
Qui?
Ton écharpe?
Quoi? Non, mais c’est mon écharpe. J’ai découvert mes pouvoirs avec elle.
Ah…

Cette fois j’oublie pas de vous présenter: Cherry Spaner Turrow, cinquième année, Gryffondor. Pourquoi étaient-elles à la bibliothèque ensemble? Longue histoire… Très longue histoire, qui commence par Dolores Ombrage, qui continue avec Armée de Dumbledore, et qui n’est, à ce jour, pas terminée. Je laisse quelques détails de côté, pour le suspense.

Moi j’m’en souviens pas… J’étais trop jeune, mais ma mère m’a dit que c’était une histoire de chaussures, de papa, et d’hôpital. Bref, t’as compris le cours de Potions?

Mieux vaut ne pas entrer dans les détails… Était-ce vraiment une histoire digne d’être racontée? Elle en doutait… Mais pour vous, je peux bien faire un effort… C’est donc l’histoire d’une petite fille, pas capricieuse pour un sou, mais qui refusait tout simplement que son père s’en aille. Elle avait quoi? Trois ans, et son père était venu lui expliquer calmement qu’il devait partir pour quelques jours, pour affaires. La petite, n’étant bien sûr pas de cet avis, lui fit une crise digne d’un crack boursier, et le pauvre homme fut obligée de l’enfermer dans sa chambre pour pouvoir sortir. Luce criait et tapait sur tout ce qu’elle pouvait atteindre, mais ce n’était pas suffisant, puisqu’il ne revenait pas. Pourtant, elle voulait qu’il revienne! Elle ne voulait pas qu’il parte! Il ne pouvait pas partir! Et elle entendit une série de bruits sourds, ressemblant étrangement à un bruit de chute. A l’époque, elle ne comprit pas grand-chose, mais les adultes, eux, avaient très bien compris qu’elle avait réussi, à distance, à lacer la chaussure droite de son père à la gauche, et ce, juste avant qu’il n’entame la descente de l’escalier. Vous avez compris l’idée? Ou vous voulez un dessin? Nan, comptez pas dessus, je sais pas dessiner.

----


DETAILS INTERIEURS AU JEU
Année : Septième
Maison : Poufsouffle
Grade de sang : Sang-mêlé


DETAILS HORS JEU.
Votre avis sur le design ? : Violet
Votre avis sur l'ambiance ? : Rouge
Votre avis sur l'intrigue ? : Noire
Une suggestion aux administrateurs ? : Jaune
Comment avez vous découvert le forum ? : Blanc
Personnalité sur l'avatar ? : Katie Holmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Lark
Administrateur Gryffondor & Septième Année
Administrateur Gryffondor & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 212
Age : 38
Particularité* : Wolf's Scar
Une chose à dire ?* : WUKA Forever
Date d'inscription : 25/11/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Administrateur.
MessageSujet: Re: Luce Covner   Lun 7 Jan - 21:11

Bienvenue sur HW!

Bon, comment qualifier cette .. fiche ? Aussi mauvais que d'habitude XD

POUFSOUFFLE !

Bon jeu parmi nous !


    ~ Si tu as choisi un acteur ou une actrice en avatar, tu dois aller le réserver dans le RECENSEMENT DES AVATARS. Attention ! Si tu ne vas pas réserver ton avatar, n'importe qui pourra prendre l'acteur que tu as choisi !

    ~ Pour garder ton compte sur Hogwarts Wiggenweld, tu dois aller signaler ta présence dans la REPARTITION DANS LES ANNÉES . Plus de détails dans le lien. ;)

    ~ Nous voulons savoir votre avis sur le design ! Allez le donner dans " DESIGN VIOLET : UNE LUTTE ACHARNÉE POUR LE POUVOIR. ".

    ~ Nous attendons votre présence dans l'Intrigue ! Un post dans l'Intrigue est obligatoire si vous voulez voir le forum progresser ! LES REVENANTS.

    ~ Vous avez des idées pour Hogwarts Wiggenweld ? Dans tous les cas, de nombreuses idées sont exposées ici ! Venez donner votre opinion dans FAIRE PROGRESSER LE FORUM.

    ~ Pour le prochain design, Hogwarts Wiggenweld souhaite que les membres aient leur mot à dire. Ainsi, nous vous laissons le choix de la couleur ! Rouge, bleu ou vert, à vous de choisir ! PROCHAIN DESIGN : VOTRE AVIS COMPTE !

    ~ La coupe des 4 maisons est lancée ! Vous pouvez désormais faire progresser votre maison vers le haut du classement ! Une activité graphique, LES CADEAUX GRAPHIQUES a été installée, allez y participer !

    ~ En route pour le premier cours de l'année ! Et premier cours de Cristfreez de votre vie ! LE COURS DE CRISTFREEZ.



Qualité de l'écriture : 5/5
Mise en page : 2.5/3
Originalité du personnage : 2/2

Total sur 10 :9.5
Points accordés : 5 (arrondi au supérieur)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luce Covner   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luce Covner
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You grow, you grow like tornado. { Luce & William [X]
» Luce
» Such a precious toy, boy you’ll be my foil. [Luce & Jim]
» Elie Luce, mafioso
» La rouquine qui vous rendra tous heureux -oupas-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Wiggenweld :: Hogwarts Wiggenweld :: Partie Administrative. :: ≈ Poudlard Express : Validation. ≈ :: Choixpeau : La répartition :: Poufsouffle-
Sauter vers: