AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je me pointrais sans que personnes ne me vois. [ LIBRE ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Typhen F. Klein
Poufsouffle & Cinquième Année
Poufsouffle & Cinquième Année
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Particularité* : Méfiante.
Une chose à dire ?* : Mon coeur est un fruit... Cueille-le et je ferais de toi mon héros...
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Je me pointrais sans que personnes ne me vois. [ LIBRE ]   Sam 23 Fév - 13:07

« Faut mieux être seule que mal accompagnée. »


  • Le soleil brillait sans plus et le vent montrait le bout de son nez. Les volets du dortoir des Poufsouffles claquaient depuis peu de 5 min. et bonne poire qu’était Typhen, elle avait cédée aux grognements de ses camarades qui se plaignaient du bruit, des grincements qui étaient vraiment très désagréable fallait l’avouer. Elles ne cessaient pas de parler, de comparer leurs camardes pour le bal. Typhen, elle n’avait jamais trop apprécié les bals et à vrai dire elle se demandait si elle se rendrait à celui ci. Beaucoup de personnes avaient de jolis habits, elle, elle porterait une robe noire des plus simple (Robe) ainsi que une paire de chaussures noires à talons. Bien sur cela ne serait pas pour se faire remarquer car elle savait très bien qu’elle passerait inexistante quoi que peut être que le groupe de Serpentard du début d’année ne la manquerait pas. Pour une fois, Typhen voulait être toute petite, ne pas y aller quand une de ses amie lui lança une robe dans les jambes. Typhen sursauta et fronça les sourcils . Non pas qu’elle lui avait fait mal mais plus surprise et elle, dans ses rêves fallait surtout pas déranger. Le regard sur la robe, elle soupira et regarda sa camarade. Karine, 16 ans, une fan de fringues et un placard remplis de robes de soirées et autres sortes. Ramassant la robe, elle regarda Karine et rabaissa les yeux. Venant faire quelques pas vers cette dernière, Typhen releva le regard de nouveau pour lui dire que ce n’était pas la peine et là… Choque ! Une armoire ouverte remplie de robes de soirées s’ouvraient à elle. Typhen s’attendait pas du tout à en voir autant que ça. Karine avait un grand sourire aux lèvres passant d’une robes à l’autre. C’était bien joli tout ça mais Typhen ne porterais jamais des robes jaunes, rouges, et encore vertes. Beurk ! Elle lui rendit la robe.

    « Merci Karine mais porter du jaune poussin à un bal ne me tente pas trop si tu vois ce que je veux dire… »

    Karine haussa les épaules et regarda sa propre robe qui était… Jaune. Des frissons parcourèrent le dos de la jeune Klein qui se massa péniblement la nuque. Elle ne voulait pas la vexée pour le moindre du monde, surtout pas Karine qui avait toujours été gentille avec elle. Cette dernière semblait bien s’en fichtre. La preuve, elle rajouta un petit foulard jaune et des boucles d’oreilles jaunes. En faites Typhen commençait à comprendre : Elle voulait ressembler à un poussin non ?. Bref. Le regard venant se dévier dans sa valise, la jeune Poufsouffle soupira voyant qu’elle, contrairement à sa camarade, n’avait qu’une très jolie robe noire mais qu’une seule.Regardant cette dernière Typhen se demandait vraiment si elle irait à ce bal. Essayant de chasser de sa tête cette idée d’y aller seule, elle s’occupait à coiffer ses longs cheveux bruns foncés voir noirs qui étaient emmêlés. Ses camarades se préparaient, ELLES. Le regard sur celles ci Typhen soupira. Elles parlaient toutes de leur cavalier et qu’elles espéraient avoir un baiser de ses dernier. Non mais elles étaient folles, rolala… Elle, Typhen, elle ne savait pas se qu’elle voulait. En réalité, elle avait peur d’être trahis de nouveau par l’homme qui s’intéresserait à elle. Coiffant ses cheveux, elle les coiffaient machinalement de manière douce et les disposaient bien proprement sur son dos et le devant de ses épaules. Une jolie, très jolie chevelure mise en valeur. Un petit sourire en coin de lèvres, elle se leva et alla dans le dortoir fière de sa coiffure pour venir la présentée aux filles mais…

    « Les filles regardées… Ok elles sont parties. »

    Typhen commença à caresser son chaton qui était allongé sur son lit et surtout en train de jouer avec son drap gris. Un petit sourire s’afficha sur le coin de sa bouche. Elle lui caressa la tête doucement et se leva au bout de quelques minutes de réflexions. Prenant la robe dans ses mains, elle se plaça devant le miroir et la tint devant elle. Venant se mordre le bout du pouce, elle l’enfila sous l’envie de se sentir belle. Une fois enfilée, elle passa plusieurs fois sa main sur son ventre et sourit doucement et enfila les chaussure à talons qu’elle avait toujours aimé porter auparavant. Cette tenue lui allait à ravir et Typhen se mordait le bout du pouce comme nerveuse. Nerveuse de quoi dont ? Peut être de savoir qu’elle se décidait enfin à y aller à ce bal et qu’elle serait certes seule dans son coin mais elle aurait fait l’effort d’y aller. Au pire elle repartirait si cela était vraiment très ennuyant. Restant le plus naturel possible, elle n’avait pas orné son visage de maquillage, rien. Seule, une petite gourmette en argent était autour de son poignet droit. Venant faire un petit bisous sur la tête de son chaton, elle partie s’évader. Descendant les escaliers elle savait très bien qu’elle n’avait pas le droit à l’erreur se soir. Elle devait être discrète et ne pas se faire remarquer. Descendant près d’un groupe de garçons, elle leur jetait des regards assez nerveux et Typhen préféra tracer sa route pour enfin arriver à la grande salle de bal. Il y avait un monde fou. Venant aller prendre une verre discrètement, elle adressait de léger sourire à ses camarades de maisons quand Karine lui tapa sur l’épaule. Typhen se retourna d’un mouvement de cheveux très volant c’était le cas de le dire. Un petit sourire cette dernière lui murmura à l’oreille quelques mots gentils comme quoi elle était ravissante. Un petit sourire de plus elle s’évada près des fenêtres. Elle restait appuyée sans rien dire juste le verre posé sur le rebord en pierres. Petit sourire aux jeunes hommes comme aux jeunes femmes qui passaient devant elle, elle savait très bien qu’elle était inexistante pour tout le monde. Quoi que peut être pas tout le monde, qui sait peut être que se soir elle userait ses chaussures…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je me pointrais sans que personnes ne me vois. [ LIBRE ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri
» Elèves sans frontières, malades sans frontières
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Wiggenweld :: Rez de Chaussée :: Le bal d'Halloween.-
Sauter vers: