AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Capulets and the Montaigus [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Wolf Lark
Administrateur Gryffondor & Septième Année
Administrateur Gryffondor & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 212
Age : 38
Particularité* : Wolf's Scar
Une chose à dire ?* : WUKA Forever
Date d'inscription : 25/11/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Administrateur.
MessageSujet: The Capulets and the Montaigus [PV]   Dim 16 Déc - 13:23

Etrange titre. Mais qui, si on y regardait bien, pouvait tout à fait convenir à la situation. Pourquoi ? Ah, pas de spoilers dès le début, ce ne serait vraiment pas drôle. Mais disons qu’on aurait pu considérer WUKA & Co comme les Montaigus, et sangpursenfolie.com comme les Capulets. Ah, vous comprendrez tout plus tard, apprécier juste pour l’instant la comparaison et les différences flagrantes avec le livre. Déjà, c’étaient des ennemis logiques, et à encore plus forte raison cette année. Les Capulets étaient du côté (logiquement) des forces du Mal, toute leur famille (ou presque) étant embrigadée dans les rangs de Tonton Voldy, tandis que les Montaigus s’étaient battus l’année précédentes au côté de l’AD, dont ils avaient tous fait partie, pour essayer de faire triompher le Bien. Bon, là, différence, il n’y a aucune notion de Bien et de Mal dans l’œuvre de Shakespeare. Et puis ensuite, il y a des nuances. Presque tout. Oui, parce qu’il y avait des exceptions, des sortes de vilains petits canards chez les sangpursenfolie.com. ah, déjà, qui étaient les sangpursenfolie.com ? Et bien il s’agissait d’une famille à sang pur (non, sérieux ? ) omniprésente Poudlard, j’ai nommé les Enfield. Une belle bande de Capulets. Et de sacrés enfoirés. A trois exceptions près. Les « mais ». Edward Enfield, malgré son appartenance à la maison Serpentard, c’était un chic type, du moins selon Chance, la petite sœur de la bande des Montaigus. Ah nan, maintenant il y avait Thalie aussi. Enfin bref, l’une des petites protégés des Montaigus qui s’était immédiatement justifiée quand on lui avait reproché d’avoir aidé « l’ennemi ». Donc, Edward, mec froid en apparence, beauté froide et sculpturale, première exception. Ensuite, il y avait, par cette même Chance, la connaissance d’une deuxième exception, Lucianna. Ne belle exception ajouterait même Wolf s’il se le permettait seulement. Brune, explosive, pétillante, elle était aux antipodes de sa coincée et sombre famille. Une pile électrique toujours de bonne humeur qui croyait dur comme fer que Voldemort était un salaud ( qui ça, moi catapulte ? ). Donc, deuxième exception. Et enfin, last but not least, la troisième exception qui nous intéresse dans le cas présent: Sevarth. Un mec pas très sûr de lui, et pourtant brillant et avec un petit succès auprès de certaines filles. Et un révolté. Encore un mouton noir des Capulets. On pourrait limite dire que c’est Tibalt, si on enlève la méchanceté. Et Aidan, ce serait Mercutio. Ce qui lui va comme un gant, et qui convient à la situation, puisque Aidan n’appréciait que moyennement Sev’.

Ce qui était d’ailleurs la raison pour laquelle Wolf n’avait pas pu parler au jeune homme dans le train. En fait, comme à son habitude, il s’était engouffré dans un compartiment avec sa bande de Montaigus qui comptait désormais un membre de plus, pour ne pas en sortir en racontant des conneries à tour de bras et en s’empiffrant de sucreries. La belle vie. Mais Wolf voulait parler à Sevarth avant le début de l’année. Il s’entendait vraiment bien avec le jeune homme, amis depuis déjà quelques années, et il voulait savoir comment il allait. Ça devait pas être top, avec tous les changements … Et puis passer tout un été avec sa magnifique mais néanmoins pétasse de cousine, qui y survivrait ? Sans doute pas lui. Il était de constitution solide le Sev’. Mais Wolf s’était inquiété pour lui tout l’été. Il n’avait pas osé lui envoyer de hibou ni rien, de peur des conséquences que ç’eut pu avoir pour son ami, après tout, ce n’était pas comme si lui-même n’était pas un sang pur … Ouais, encore une différence avec les Montaigus et les Capulets. Dans le livre, ce sont deux familles nobles et pleines de fric. Là, ça ne s’appliquait qu’aux Capulets. Les Montaigus, eux, n’étaient ni noble de naissance, ni n’avaient beaucoup d’argent. Mais ils possédaient une autre noblesse. Comme disait si bien Robin de Locksley : « La noblesse ne s’acquiert pas en naissant, elle se mérite par les actes ». alors, si, quelque part, ils étaient nobles, de leur courage, et riches de leur amitié. Ce qui valait tous les trésors du monde. Bref, tout ça pour dire qu’il voulait vraiment lui parler. Qu’il faussa donc compagnie momentanément à sa petite bande, et qu’il chercha son ami du regard. Et le trouva bientôt, pas loin de sa charmante famille. Il fallait qu’il lui parle pourtant. Hey, depuis quand une bande de sang purs mal embouchés faisaient peur à Wolfy ? Depuis qu’ils avaient pris le pouvoir et que son père pouvait passer du statut d’homme à bête à abattre en deux secondes ? Ouais, sans doute. Mais bon …

Il marcha un peu plus vite, rattrapant le groupe juste avant qu’il n’atteigne les portes de la Grande salle et posa la main sur l’épaule du Serdaigle, s’éclaircissant la gorge :


Hum hum … Sev’, j’peux te parler ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sevarth Enfield
Administrateur Serdaigle & Septième Année
Administrateur Serdaigle & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 15/11/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Administrateur.
MessageSujet: Re: The Capulets and the Montaigus [PV]   Jeu 20 Déc - 0:47

Wolf LARK - « Hum hum ... Sev, jpeux te parler ? »

A cette voix, le jeune Serdaigle tressaillit. Si il y avait bien quelque chose dont il redoutait, c'était bien ses retrouvailles avec Wolf. Certes, en temps normal, il n'aurait jamais refusé de parler un peu avec le Gryffondor. Mais les circonstances faisaient que tout était au rendez-vous pour que ceci se déroule au plus mal. Déjà, Sophie se trouvait juste devant lui-même, prête à lancer un nouveau chapelet de ses vannes les plus immondes concernant les sangs impurs. Ensuite, le fait qu'il soit entouré de sa famille ne l'aidait que moyennement : Lucianna allait certainement encore lui faire une remarque, Edward lui donner un coup de coude pour le faire taire, et Quantay se joindre à Sophie dans ses moqueries. Mais ce qui le mettait dans une position encore plus inconfortable, c'était de savoir que lui avait tout ce qu'il voulait, alors que Wolf était désormais considéré comme de la vermine au sein de l'école. Ainsi, les différences de grades séparaient grandement les deux personnes. Néanmoins, il finit par se retourner, difficilement mais sûrement, vers Wolf, puis lui adressa la parole.

Sevarth ENFIELD - « Euh ... Ouais, si tu veux, mais pas ici de préférence ... »

Bien évidemment, les paroles de Sevarth furent entendues par Sophie. Et c'est sans attendre que cette dernière lança son habituel discours glacial à Lark, pour qui elle éprouvait un profond mépris. ( Enfin, d'après les apparences ... )

Sophie LEYAN - « Tiens, Lark, t'es pas resté dans ton taudis ? Cela aurait été préférable pour tous. Vois-tu, tu es devenu assez indésirable comme mec ici ... Tout comme ta bande de boulets, Finegold, Ethridge et l'autre là, j'sais plus comment qu'elle s'appelle ... Si tu veux un bon conseil, retourne dans ta campagne bouseuse, t'as rien à faire ici, bientôt Poudlard sera redevenu l'oeuvre que Serpentard avait imaginé ! »

Sentant la conversation monter d'un ton, Sevarth prit difficilement les devants en prenant Wolf par la manche pour le tirer loin de l'agitation du hall, pour un coin tranquille du Hall d'Entrée. Et mine de rien, ne pas entendre Sophie jacasser ou hurler des injures à l'insu de n'importe qui ayant une réelle autorité sur elle était un réel plaisir. Deux mois qu'il devait la supporter, jour pour jour. Et l'arrivée de Wolf était un réel soulagement pour le Serdaigle, qui ressentait enfin la vraie vie d'un étudiant à Poudlard.

Sevarth ENFIELD - « Tu me voulais ... ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wolf Lark
Administrateur Gryffondor & Septième Année
Administrateur Gryffondor & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 212
Age : 38
Particularité* : Wolf's Scar
Une chose à dire ?* : WUKA Forever
Date d'inscription : 25/11/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Administrateur.
MessageSujet: Re: The Capulets and the Montaigus [PV]   Sam 22 Déc - 20:27

Ne pas tous les fixer un par un. Et surtout, ne pas LA fixer. Il 'naurait jamais du faire ça, il le savait. Mais cet acte était décisif en fait. Il voulait que tout continue au maximum comme avant, même si ce n'était pas possible. Au moins un maximum de choses. Dont son amitié avec Sevarth. Même si cela semblait compromis. Le fossé entre les Capulets et les Montaigus s'était encore creusé, se faisant de plus en plus profond, vertigineux même. Maintenant, ils ne se battaient plus à armes égales. Wolf en était conscient. Il n'était plus qu'un rebut de la société. Un mec sérieux dans le boulot, certes, mais qui était à Gryffondor. Alors ses bons résultatsne lui donnaient pas plus de valeur. En plus de ça, il s'était battu du côté du Bien à la fin de l'année dernière. Alors il n'était plus bon à rien. Une cause perdue. Bon, peut-être qu'ils essaieraient de le rallier à leur cause, en fin d'année, pour les orientations, lui faire valoir un avenir brillant a sein du Ministère, lui faire valoir son intelligence ... Il savait comment ça fonctionnait, toute dictature fonctionnait comme ça. Mais ce serait en vain. Il avait choisi son camp, pour le meilleur et en l'occurence, pour le pire, et rien ne le ferait changer d'avis. Comme avait dit Dumbledore à la fin de sa quatrième annaée, il était temps de choisir entre le Bien et la facilité. Alors ce serait le Bien. Pour toujours et à jamais. Comme une promesse à l'adresse d'une pierre tolbale blanche, celle qu'il venait de voir. Et ce qu'il venait de faire. Rien ne le ferait reculer.

Tiens, Lark, t'es pas resté dans ton taudis ? Cela aurait été préférable pour tous. Vois-tu, tu es devenu assez indésirable comme mec ici ... Tout comme ta bande de boulets, Finegold, Ethridge et l'autre là, j'sais plus comment qu'elle s'appelle ... Si tu veux un bon conseil, retourne dans ta campagne bouseuse, t'as rien à faire ici, bientôt Poudlard sera redevenu l'oeuvre que Serpentard avait imaginé !

Même pas ça. Même pas des insultes et des mauvaises paroles. Et même pas elle. Pour une fois, il s'autorisa à se tourner vers elle et à plonger son regard noisette dans ses yeux noirs. Il ne le faisait pas souvent, et cela faisait au moins deux mois qu'il ne l'avait pas vue d'aussi près. Sophie. Comment dire ? Cette fille lui avait plu et déplu depuis leur première année. Ce n'était pas quelque chose d'explicable. Il l'avait destée immédiatement, ils s'étaient engueulés dès le premier soir. Mais elle le fascinait quelque part. Pourtant, en cet instant précis, son corps était tendu dans un effort surhumain pour ne pas répliquer. Il ne lui donnerait pas cette satifaction. Le train de ses insultes passaient sur les rails de son indifférence. Le venin de cette vipère n'atteignait pas le lion altier qu'il était et demeurait. Il se contenta donc de la toiser d'un air profondément indifférent. Un mur de glace. L'air de dire "Tu n'es qu'une pauvre fille". Et il espérait plus que tout qu'elle imprimerait le message. Plus question qu'elle lui fasse de l'effet cette année. Cette faiblesse, c'était du passé. Qu'elle aille au diable, cette ... pas d'insultes. Même mentales. Ce serait lui accorder de l'importance. Regarder les autres. Quantay, ce parfait abruti, son emmeni personnel à Poudlard. Lucianna, qu'il 'narrivait pas à cerner même si c'était uen des meilleures amies de sa petite soeur. Edward, qu'il ne sentait pas, sans savoir pourquoi, Chance semblait l'aimer beaucoup (peut-être était ce bien ça le problème, il avait sans doute peur qu'elle s'y intéresse trop ... Quelqu'un de sa famille avec un sangpurenfolie.com ? Hum ... No Comment Wolf, no comment ... ), et puis lui. Sev'.

Qui l'entraîna loin de sa fratrie. Il leur tourna le dos sans le moindre remords. Une fois à l'écart, il posa son regard sur son ami.


Tu me voulais ... ?

Il ne s'était pas vraiment attendu à ce genre de rréaction. Plutôt un "merci de m'avoir tiré de leurs griffes". Ou n'importe quoi. Mais pas ça. Blessé, ouais, il l'était. Il se sentait tellement inférieur qu'il était extrêmement en colère contre lui même.

Ouais, mais j'aurais ptet pas dû ...

Il plongea ses mains dans ses poches, filant un petit coup de pied dans le socle de la statue à côté.

Tu sais, si tu veux pas être vu avec moi, je comprendrais. Dis-le moi, et puis t'entendras plus parler de moi ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sevarth Enfield
Administrateur Serdaigle & Septième Année
Administrateur Serdaigle & Septième Année
avatar

Nombre de messages : 68
Date d'inscription : 15/11/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Administrateur.
MessageSujet: Re: The Capulets and the Montaigus [PV]   Sam 29 Déc - 16:58

A l'attitude du jeune Lark, Sevarth comprit très clairement que ses propos expéditifs étaient très mal venus. De toute évidence, il avait des soucis, et lui-même lui en causait plus avec son attitude digne du pire des Serpentard. ( Quantay, je t'aime (L') ) Mais vivre tous les jours avec Sophie était mauvais pour la santé, avouons-le nous. Ainsi tenta-t-il par un moyen, aussi maladroit soit-il, d'essayer de briser la glace.

Sevarth ENFIELD - « Excuse moi de mon manque de tact, mais ils me rendent dingue ... J'ai aucune honte à être avec toi. C'est eux là-bas qui me font honte. Alors, s'il te plait, me lâche pas, j'ai pas envie d'être catalogué comme un sang-pur sans coeur. »

Certes, c'était d'une puérilité à faire fuir n'importe qui, mais c'était sincère. C'était rare de voir Sevarth emplit d'une sincérité aussi forte, mais d'une gêne si évidente aussi. Oui, il était gêné. Et il y avait de quoi. Ça vous ferait quoi, vous, de vous retrouver face à un ami considéré comme de la vermine par 95% de votre famille ? D'être considéré comme pur et lui comme un cas à examiner médicalement ? D'être pété de thunes et lui quelqu'un de relativement pauvre ? Mais en même temps, Wolf était doté de qualités humaines que Sevarth n'aurait jamais même en rêve. Tout les séparait socialement, et pourtant, ils trouvaient le moyen de se serrer les coudes ... Un peu de Roméo et Juliette là dedans non ? Mais sans l'histoire d'amour, avouons-le.

Sevarth ENFIELD - « Euh ... Et toi, ces vacances ? »

Terrible erreur. A force de vouloir casser la glace, il allait tout casser tout court. Comment avaient-elles pu se passer ? Très mal bien sûr, il ne fallait pas se leurrer. Après tout, lui-même avait passé de mauvaises vacances, comme d'habitude. Certes, c'était un point commun, mais sans aucune importance. Ah, sacrés différences !




«HJ« Désolé, mais c'était vraiment trop pas inspirant, je savais plus quoi dire :S «HJ«
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The Capulets and the Montaigus [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Capulets and the Montaigus [PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Wiggenweld :: Rez de Chaussée :: Hall d'entrée-
Sauter vers: