AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un regard autre que douloureux [ PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Fanny Strangert
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 28
Particularité* : SERDAIGLE - 5ème année
Une chose à dire ?* : Est-ce que je dois me justifier pour faire ce que je veux? Non. Et puis personne ne peut m'arrêter.
Date d'inscription : 15/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Modérateur / Préfet.
MessageSujet: Un regard autre que douloureux [ PV]   Dim 16 Déc - 14:12


    A la suite du discours plus que surprenant de cette femme célèbre, la jeune fille ne pu la regarder plus longtemps et détourna le regard pour que son regard tombe dans son assiette. Elle avait vraiment faim et la suite allait être si ennuyeuse que la jolie brune ne savait que faire. C'était comme ça chaque année sauf que celle-ci était bien différente des autres. On pouvait déjà voir que les premières années étaient moins nombreuses. C'est sur qu'avec les précédents évènements, il était plus difficile d'emmener de nouveaux élèves, après la chute de Dumbledore et son assassin qui était toujours professeur. Non, encore mieux, Directeur. Heureusement qu'il n'avait jamais eu quelque chose contre elle mais cela pouvait encore changer. La fatigue l'emporta, la Serdaigle n'avait pratiquement pas fermé l’œil de la nuit et son corps luttait pour ne pas tomber violemment sur la table, de quoi faire sursauter n'importe qui, surtout ceux qui s'étaient déjà endormis en entendant les noms passer sous le choixpeau. C'était trop dur, elle ferma les yeux doucement et quelques secondes plus tard, sa tête était contre la table, épuisée. Le bruit se fit entendre à sa table, c'est que quand Fanny faisait quelque chose, ce n'était pas à moitié. Certains sourirent douloureusement, repensant aux évènements, d'autres ne la regardèrent même pas et pour finir, il y eu tous les autres qui étaient inquiets. Si elle aussi se permettait de tels choses, alors le monde était dans une bien mauvais situation. Fanny était toujours surexcitée, à sourire et sauter partout. Jamais, jamais elle ne s'était endormie à une répartition. C'était d'ailleurs plutôt la jeune fille qui faisait des réflexions aux autres. C'est à ce moment qu'ils comprirent enfin que cette année ne serait pas comme les précédentes. Non, tout allait changer et marcher dans le noir n'avait franchement rien de bien réconfortant.

    Pendant que les autres étudiants de Poudlard se posaient des tas de questions pour leurs avenirs, la jeune fille dormait toujours paisiblement, loin des problèmes de la vie réelle et de tout le reste. Elle ne se prenait pas la tête pour de telles futilités, comme disait sa grand-mère, s'inquiéter ne change rien, il suffit de prendre les choses du bon côté. Mais en voyant tous ces visages décomposés, elle n'avait aucune envie de rire et de faire l'idiote. Si Simone était là, elle, saurait que faire dans une situation pareille. Mais son idole était morte, il y a bien longtemps, maintenant personne ne pouvait l'aider, ses parents n'étaient même pas au courant qu'ils pourraient être tuer ou torturés à chaque instant et Fanny ne préférait rien dire sur ce sujet. Moins ils en savaient et mieux ils étaient à l'abri. C'était dur de leur mentir mais elle n'avait pas d'autres choix.

    Enfin la fin de la cérémonie sonna et Fanny pu se réveiller et manger le délicieux repas qui avait aussi l'air d'avoir changer. Elle fit une grimace puis tourna son regard vers les autres maisons. D'abord les Serpentards puis les Poufssoufle et enfin sur les Gryffondor. Ils étaient si différents, tous, qu'elle avait envie de s'entendre avec n'importe qui. Il y en avait qui n'avait aucun ami, aucun lien avec d'autres élèves et cela la dérangeait énormément. Sans le montrer, la jeune fille comprenait bien des choses. Son regard bleu perçant resta quelques secondes sur un élève rouge et or qui avait décidé de rire, sûrement pour une futilité et elle le regarda, bienveillante. Ce garçon, Fanny ne le connaissait pas mais il n'avait pas la même tête que les autres à cet instant et se fut juste ce qu'il fallait pour qu'elle sourie à son tour, les joues rouges dut à une maladie provisoire.

    En sortant, après avoir manger à sa faim, elle attendit que la foule veuille bien se disperser et rentrer dans leurs dortoirs afin de sortir à son tour. Rester dans les embouteillages ne lui avait jamais procuré un plaisir assez insensé pour vouloir s'y précipiter. A la sortie, d'autres comme elle n'avait pas tenté le diable et sortaient tranquillement en passant par les grandes portes. Encore en train de regarder une personne, elle bouscula quelqu'un. D'abord confuse, elle se retourna vers celle-là et s'excusa.


    - « Oups, je suis vraiment désolé! »

_________________


J'ai beau t'aimer
Tu pars quand même



Dernière édition par le Dim 16 Déc - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Typhen F. Klein
Poufsouffle & Cinquième Année
Poufsouffle & Cinquième Année
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Particularité* : Méfiante.
Une chose à dire ?* : Mon coeur est un fruit... Cueille-le et je ferais de toi mon héros...
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Dim 16 Déc - 19:06



  • Une dormeuse endormie.

    Typhen avait suivie les autres élèves de sa maison tranquillement jusqu'à la salle où le repas serait servit peu de temps après. Des troupeaux d’élèves plus de 1ère années étaient arrivés et avaient pris place devant l’estrade où se trouvait le chapeau. Madame Estary fit son discours et tout le monde l’écoutait. Pas le choix à vrai dire. Typhen elle, elle c’était rendue ridicule mais n’avait guère été gênée. Un petit sourire discret un regard simplement fade, elle c’était assise et avait commencer à reluquer les plats que les elfes avaient posés sur la table juste avant que la répartition des 1ères année commence. Typhen avait à multiple fois essayée de glisser sa main vers la corbeille de pain mais à chaque fois des yeux se tournaient vers elle la fusillant d’un regard qui voulait tout dire. Par exemple « tu fais quoi là ? » mais encore « c’est pas l’heure de manger ». La jeune Poufsoufle à chaque fois soupirait et croisait ses bras devant elle sans broncher. Son ventre gargouillait depuis qu’elle était dans le train. Elle n’avait quasiment pas mangé le matin de partir et elle n’avait pas prit à manger au cas où elle aurait eu un petit creux pendant le trajet. Tête en l’air. Bref revenons à la cérémonie, les élèves se faisaient répartirent tous un par uns dans leur maison respective et tout allait pour le mieux sauf son ventre qui criait famine de plus en plus. Quand la répartition fut fini Typhen c’était plongée dans ses pensées quand sa voisine se servit. Typhen sauta sur le plat.

    Sauter sur le plat était un bien grande expression. Venant regarder les multiples plats qui avaient été déposés sur la longues tables. Les différentes années étaient assez dispersées sur la table et Typhen, elle, se trouvait tout en bout à gauche juste à l’angle du mur. Engloutissant se qu’elle avait dans son assiette son ventre fut très vite plein. Elle n’était pas une grosse mangeuse mais était très gourmande. Posant ses couverts, elle avait finie de manger. Observant les autres tables, elle remarqua rapidement que beaucoup d’élèves restaient dans leur coin silencieux, d’autres riaient aux éclats tout en mangeant, d’autres parlaient dans le calme où plutôt essayaient. Venant piquer du nez à plusieurs fois elle observait depuis maintenant quelques longues minutes le monde. Un regard fade, elle croisa le regard d’un jeune homme un Serdaigle. Il ne la connaissait pas où peut être de vu mais pas personnellement. Il croisa son regard et Typhen machinalement lui adressa un sourire. Ses joues prirent une petite couleur rouge teintée mais ces dernières partires rapidement. Ses cheveux bruns tirés ne arrière, la jeune femme jouait avec le bout pour se passer le temps jusqu’au moment où elle s’appuya contre le mur et piqua dans un sommeil profond. Elle n’entendait rien et ne voyait bien sur rien. Quand elle dormait c’était pas en faisant semblant, elle dormait vraiment à point fermé et sans aucunes honte. La preuve !

    Sa queue de cheval sur son côté gauche, elle dormait. Elle n’avait pas honte et ne c’était vraiment pas rendue compte de ce qu’elle faisait en ce moment. Dormant, elle se tourna doucement et sursauta au bout de 4i minutes de sommeil. Sa voisine sursauta aussi la regardant le sourcil arqué. Tirant un tête endormie, elle ferma les yeux et se massa un peu la nuque péniblement. Sur les tables les plats étaient quasiment vide et les elfes commençaient à ranger. Typhen en conclue que c’était la fin du repas. Venant regarder le gars en face d’elle, elle avait son côté gauche de tout rouge car elle c’était appuyée de ce côté là. Se redressant, elle se leva et s’étira comme beaucoup d’autres élèves des tables adverses. Une serdaigle était endormie sur sa table et Typhen eu un petit sourire à cela, au moins elle n’était pas la seule à s’être endormie pendant le repas. Suivant les autres pour aller jusqu'à son dortoir ou même aller se promener un peu dans le château Typhe suivait son groupe. Discrète elle restait en arrière pour éviter de se faire bousculer dans tout les sens comme une poire dans un poirier à cause du vent. Un regard encore endormi elle se dirigeait vers le hall. Ici tout le monde se disperçait petit à petit quelques uns partaient dans leur dortoir d’autres allaient dehors et d’autres restaient comme des empotés au milieu du hall. Typhen avait bien envie de les pousser et de leur dire d’aller ailleurs quand elle se fit percuter. Sa marque sur sa joue était toujours là. Elle releva le regard et repris son équilibre pour regarder la personne.


    « Non Non ce n’est pas grave. »


    Dit-elle doucement avant de relever le regard sur la jeune fille qui venait de s’excuser. Ses petits yeux encore endormis et sa marque rouge sur le côté gauche, elle allait certainement croire que c’était elle qui lui avait fait cette marque sur sa joue. Typhen, donna un coupd e main sur son pull qui avait reçu un peu de pierre en percutant le mur doucement. Elle dormait encore à moitié. La pauvre. Venant se frotter les yeux, elle regarda la Serdaigle et plissa les yeux doucement et lui dit en criant un peu çà cause du bruit.


    « Tu dormais sur la table tout à l’heure non ? »

    Demanda-t-elle avec son petit air de dormeuse. Se frottant les yeux de nouveau , elle s’étira discrètement et regarda passer la troupe des Serpentard. Le regard d’un jeune homme se posa sur elles deux et Typhen frissonna et se colla contre la porte en bois. Une peur l’envahissait. Elle se méfiait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanny Strangert
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 28
Particularité* : SERDAIGLE - 5ème année
Une chose à dire ?* : Est-ce que je dois me justifier pour faire ce que je veux? Non. Et puis personne ne peut m'arrêter.
Date d'inscription : 15/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Modérateur / Préfet.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Dim 16 Déc - 19:58

    Oh non, la maladroite qu'elle était venait encore de pousser un adolescent qui n'avait rien demandé. Encore si cela avait été un élève qui faisait tout pour passer avant les autres et qui ne se gênait pas pour se frayer un chemin, d'accord mais là l'inconnue n'avait pas essayer de faire cela. Fanny avait parlé instantanement, comme si le fait de toucher quelqu'un devait obligatoirement dire qu'elle devait s'excuser pour ne pas que la foudre ne lui tombe sur la tête. Ce n'était pas une gauloise mais tout de même. Enfin, elle n'en savait rien, peut-être qu'un de ses ancêtres l'étaient. Depuis que ses parents lui avait dit qu'elle avait été adoptée, alors plus rien n'allait de ce côté là et la jeune fille était contente de n'avoir rien dit au sujet de son statut de sorcière. Ils ne savaient rien, cela aurait pu les détruire et même si la Serdaigle avait été tentée de les rendre malheureusement, le choixpeau avait eu raison de la mettre dans cette maison au lieu de celle des Serpentards car depuis, elle avait changé. Cette maison lui aurait sûrement assombrie l'âme et Fanny serait devenue comme eux et n'aurait jamais connue ses amies actuelles. L'avenir n'avait peut-être pas été aussi horrible qu'elle se l'imaginait mais ça, Dumbledore ne le saura jamais vu qu'il n'est plus de ce monde. Enfin, vu sa folie, il devait s'en douter avant elle. C'est à croire que cet vieille homme savait tout avant les autres. Pour en revenir à la cause de son embarra passagé, elle était en face d'une jolie jeune fille de Poufssoufle d'après son blason. Enfin, jolie n'était peu dire, elle était magnifique. Fanny avait toujours voulu être belle, que l'on se retourne sur son passage mais son caractère bloquait beaucoup de choses, surtout au niveau affectif et plus. Regardez, elle venait de plaquer son petit-ami et maintenant, là voilà de nouveau seule. Seule, ce mot résonnait dans sa tête. Non, plus jamais elle ne se serait mais devrait-elle prendre n'importe quel garçon pour se protêger? Non.

    Elle avait une énorme trace rouge sur une partie du visage, instinctivement, quand cela lui fut visible, Fanny mit ses mains sur sa bouche, catastrophée. Bon, l'inconnue venait de lui certifier que ce n'était pas grave mais attendez, ce n'était pas elle qui lui avait coller une marque de cette envergure? Pourtant dans ses souvenirs il n'y avait eu aucun bruit, alors elle n'aurait pas pu se prendre la porte. Problème. Ou alors ce n'était pas de sa faute et là, l'adolescente n'avait aucune raison de lui en vouloir, oui cela devait être ça. Chose qu'elle se disait pour se rassurer. Les yeux de la brune était, comment l'expliquer. Pas normaux, ah presque comme tous les autres. En quelques secondes, Fanny comprit la cause. A son réveil, son voisin de droite avait aussi une joue rouge, elle avait du dormir sur sa table. Oups, la Serdaigle n'était pas la seule alors, tant mieux. Non non, n'allez pas croire qu'elle pensait que dormir pendant une cérémonie avait quelque chose de bien. Mais à présent, Fanny se sentait en forme, prête à déplacer des montagnes alors avoir loupé un discours n'avait rien de bien dramatique? On ne dit pas: " La santé avant tout ". Oui, ce serait son alibi.

    - C'est notre secret alors hein? Ta joue rouge, c'est pour ce que je pense ou... ?

    Curieuse, elle? Juste à peine mais il fallait que Fanny sache. C'était comme si on renversait une grand-mère et qu'on parte sans l'avoir remarqué sauf que là, elle n'était pas vieille cette jeune fille. Contrairement à la Poufssoufle, elle n'eut pas à élever la voisx, celle-là l'était assez. Pour une fois que la jeune fille avait quelque chose qui pouvait servir, sa voix était... comment dire? On l'entendant quand elle criait, oui c'est ça. On se bouchait les oreilles et encore le bruit passait à travers. La seule solution était peut-être de lui jeter un sort si on en avait la force ou de l'embrasser sauvagement. Entre parenthèse, chose à ne pas essayer si on avait envie de mourir aussi jeune. Déjà qu'elle n'aimait pas spécialement que des garçons qui courent après alors si en plus on essayait de la toucher, la claque arrivait automatiquement. Suite à cela, la personne avec qui elle parlait regarda autre part et parût plus... gênée? Pour comprendre, la Serdaigle suivit son regard et tomba sur un groupe de Serpentard. Oh eux, elle espèrait s'entendre avec l'un d'entre eux un jour. Pourquoi? Les groupes chacun dans leurs coins n'avaient rien de bien réjouissant. Thyphen se recula contre le mur, signe qu'elle ne se sentait pas de taille à se frotter à eux. Pourtant Fanny ne lachait pas son regard, les trouvant trop fières. Bon d'accord, leurs regards n'étaient pas très rassurant, même pas du tout mais elle n'aimait pas qu'on l'a rabaisse. Alors qu'ils soient de futurs mangemorts, qu'ils lui montrent un couteau ou une baguette magique ne changerait rien au faite qu'elle avait un caractère bien trempée qui ne cédait pas. Il était moins une, ils suivirent la foule qui sortait, ses yeux commençaient à la bruler tellement Fanny les avait mal regardé, une pointe de frayeur tout de même présente.

    - Bande d'idiots...

    Oups, elle avait laissé échapper ces paroles. En réalité, l'adolescente ne savait pas s'ils l'avaient entendu dans le bruit présent mais elle ne l'espèrait pas. Les bagarres, ce n'étaient pas quelque chose de bien sympathiques, surtout avec des mauvais joueurs.



_________________


J'ai beau t'aimer
Tu pars quand même

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Typhen F. Klein
Poufsouffle & Cinquième Année
Poufsouffle & Cinquième Année
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Particularité* : Méfiante.
Une chose à dire ?* : Mon coeur est un fruit... Cueille-le et je ferais de toi mon héros...
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Lun 17 Déc - 22:13


  • Ne jamais la chercher : Elle mord.

    Le dos collé contre la porte, les yeux qui suivait du regard le groupe de Serpentard, elle était bien stable sur ses deux pieds. Paniquée la jeune fille perdait tout ses moyens et se mettait à trembler comme une feuille morte. Le regard bleu clair dans le regard marron foncé du Serpentard, elle le fixait et ce dernier s’arrêta. Aïe aïe aïe mauvais ça ! Venant crisper ses doigts contre le mur, il fit stopper le groupe de sa maison. Ils s’arrêtèrent tous et Typhen les regarda avec des gros yeux. Dans quelle merde c’était-elle fourrée encore ?! Encore ? Oui car la jeune Klein avait toujours le chic pour se mettre dans des situations pas possibles. Regardant le jeune homme brun aux yeux marrons s’avancer vers elle, elle restait collée contre le mur. Les mains s’agrippant, elle regarda la jeune Serdaigle d’après son blason qui la regardait. Elle devait la prendre pour une folle, une tarée de première classe. Et Typhen incapable de se maîtriser. Venant commencer à trembler doucement dans les jambes, elle appuyait son épaule gauche contre la porte en bois qui commençait à chauffer au fur et à mesure du temps du contacts. Il s’approchait, il avançait, il était confiant. Elle était paniquée, elle était méfiante, elle bloquait. Typhen contre le Serpentard. OMG ! S’arrêtant devant elle, il bouscula brusquement la Serdaigle. Typhen déglutit sa salive avec difficulté. Elle allait mourir non pas maintenant pas si jeune. Voyant le jeune homme s’arrêter devant elle, elle ferma ses yeux très fort.

    « Alors mignonne on à peur ? »
    « Euh... Lâ..Lâche..m..moi !»

    Dit-il en commençant à caresser sa joue. Typhen frissonna à se contact si doux si répugnant venant de la main d’un Serpentard. Venant ouvrire les yeux soudainement, elle regarda la Serdaigle toujours aussi crispée. Elle faisait que déglutir depuis bientôt 2 bonnes petites minutes qui semblait durer des heures. Venant regarder de nouveau la jeune qui l’avait bousculer, Typhen pris son courage à deux mains et se redressa venant prendre violemment la Serdaigle pour la mettre devant elle. Recroquevillé sur elle même derrière, elle lui tenait les deux bras et se cachait. Peureuse ? Typhen ? Oh que oui. Elle n’osait jamais affronter ses problèmes en face. Regardant par terre, elle bredouillait des mots incompréhensible tout bas. Venant se mettre sur la pointe des pieds, elle adressa un grand sourire innocent au Serpentard qui avait encore sa main en l’air qui caressait son menton quelques secondes auparavant. Quand elle se retrouvait protégée, Typhen pouvait faire n’importe quoi mais sachant que si la Serdaigle se dégageait, elle était pas dans une belle mouise. Regardant le Serpentard dans les yeux, elle baissa le regard. Comment tenir tête à un Serpentard de 17 ans qui vous maîtrisait juste avec une caresse quelquonque ? Ben on pouvait pas. Venant soupirer doucement, ce dernier regarda Typhen avec un petit sourire mauvais aux lèvres, se penchant vers l’épaule de la Serdaigle il marmonna quelques mos à Typhen qui se recula mais ne lâcha pas les bras de la fille devant elle .

    « On se reverra. »


    Partant un coup de cape, il traça son chemin avec sa bande qui les avaient observés pendant toute la scène. Typhen était comme perturbée, choquée. Venant lâcher les bras de la Serdaigle, elle soupira doucement très doucement pour calmer son cœur qui c’était bien emballer sous l’emprise de la peur. Cette peur des hommes l’envahissait, sa devenait impossible. C’était tellement frustrant une femme qui avait peur. Venant regarder la fille , elle lui adressa un sourire gênée. Ayant oublier de lui répondre à sa question qui avait été une simple phrase du genre « C'est notre secret alors hein? Ta joue rouge, c'est pour ce que je pense ou... ? ». sur le coup Typhen mit du temps à comprendre ce qu’elle voulait savoir mais réfléchit pendant quelques minutes. Venant lever la tête et laisser un grand et long « Aaaah » , elle sourit gênée à la jeune Serdaigle et lui répondit d’une voix normal et pleine de peps.

    « Oh non non je me suis endormie contre le mur de la table des Poufsouffle et toi cette marque ? Tu as dormis ? PAS BIEN ! »

    Dit-elle avec un petit air humoristique. Venant regarder autour d’elle, elle conclut qu’il n’y avait pas beaucoup de filles qui aimaient traîner dans le hall. Se sentant pas forcément bien dans le hall entourée d’hommes, elle soupira doucement, restant dans son coin avec la jeune fille. Observant les jeunes hommes qui regardaient la Serdaigle devant elle, elle eu un petit rire amusé de la situation. La regardant, il fallait avouer qu’elle n’était pas si moche que sa. Elle avait peut être vu mieux mais certainement pire qu’elle et même Typhen ne se qualifiait pas à son niveau beauté. Venant , la fixer dans les yeux, elle remarqua qu’elle avait de jolis yeux bleus tout comme elle. Un petit sourire en coin de lèvres, elle se redressa légèrement et lui dit en regardant les groupes de gars plantés au milieu du hall qui les observait. A vrai dire c’était un peu les seules filles en se moment présent.

    « Je m’appelle Typhen Klein. J’ai 15 ans et je suis en 5ème année à Poufsouffle. »

    Regardant la jeune dans les yeux, elle avait la mauvaise habitude de fixer. Elle allait certainement croire qu’elle avait quelque chose dans les cheveux où autres par pour qu’elle la regarde ainsi mais non c’était sa façon à elle d’observer les personnes, que se soit filles où garçons malgré que les garçons, elle avait plutôt un air méprisant envers eux. Lui adressant un sourire, elle espérait qu’elle se présenterait à son tour.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanny Strangert
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 28
Particularité* : SERDAIGLE - 5ème année
Une chose à dire ?* : Est-ce que je dois me justifier pour faire ce que je veux? Non. Et puis personne ne peut m'arrêter.
Date d'inscription : 15/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Modérateur / Préfet.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Mer 19 Déc - 20:04

    Qu'on l'est entendu ou non, il était sur que le groupe s'était stoppé juste avant de rentrer intégralement dans la masse d'élèves qui ne voulaient qu'une seule chose, rentrer dans leur dortoir et fêter leur retour joyeusement ou alors tout simplement s'assoupir en rêvant des matelas confortables de Poudlard. Fanny avait finit de les regarder et s'était déjà désintéressée d'eux, des verts et argents menaçants, il y en avait chaque jour et puis si on avait peur de tout ce qui bouge, plus rien n'irait. Elle allait déjà prendre la parole comme si de rien n'était, comme si la frayeur de la jolie brune n'avait jamais existée mais quelque chose l'en empêcha. Oui, de dos la jeune fille ne vit pas les jeunes hommes revenir vers elles et donc l'adolescente ne pu contrer le coup que l'un des leurs fit. La connaissant un minimum, si quelqu'un s'était approché d'elle, que son rôle de préfète soit présent ou non, le coup serait partit. On appelle cela de la légitime défense dans son monde, mais peut-être que se défendre est un crime pour les sorciers. Sans magie, elle avait tous les droits ou presque. C'est là que réapparaît son rôle, tel une auréole qui scintille au-dessus de sa tête. L'erreur était humaine mais elle ne devait en faire aucune pour prouver aux autres qu'elle aussi était capable de diriger. D'après ses renseignements, son partenaire était un septième année nommé Ethan. Inculte? Même pas, c'est que ce n'était pas fondamental de connaître chaque tête, même de sa propre maison. De toute façon les deux auraient le temps de faire connaissance tôt ou tard. Son regard était dorénavant sur la Poufssoufle mais pourquoi n'avait-elle pas vu que celle-ci tremblait plus que pour une simple frayeur? Quand Fanny sentit qu'un coup la propulsait un peu plus loin, se retrouvant les fesses sur le sol glacial de la grande salle, c'est à ce moment là qu'elle comprit que les garçons n'étaient pas partis comme prévus. Dommage, elle n'aimait pas taper les garçons. Pourtant, la réaction de cette fille qui avait l'air très gentille mais aussi peureuse la fit changer d'avis. A peine son corps était de nouveau debout, prêt à lui mettre une droite que des yeux bleus la stoppèrent. Oui, ce n'était pas ses affaires. Et puis, elle devait savoir se débrouiller, Fanny ne serait pas toujours là pour l'aider.

    Regardant la scène qui se déroulait sous ses yeux, elle détourna son regard et se focalisa sur les amis de ce jeune homme. Ils le regardaient, un grand sourire sadique sur le visage. Cela la fit rire à son tour. Franchement, qui avait-il de drôle-là? Une fille qui était de son côté allait avoir des cheveux blancs avant l'âge et cette idiote était en train d'étirer un grand sourire sur son beau visage d'ange. De quoi faire au moins douter les Serpentards. N'aurait-elle pas du sauter au coup du jeune homme et lui dire de ne pas toucher son amie? De un, ce n'était pas encore le cas et de deux, elle devait affronter ses peurs. Bien entendu que si cela tournait pas mal, Fanny interviendrait, elle n'était pas sadique non plus. Pendant qu'il lui touchait la joue, Fanny lança un regard qui voulait tout dire à ses amis. Peut-être qu'ils arriveraient à toucher cette inconnue mais pas elle. Peut-être la raison de ce changement de situation, ils avaient voulu vérifier une hypothèse. Continuant de rire comme une folle, les autres commençaient à se regarder, inquiets. Son corps se fit soulever et elle atterrit devant le jeune homme en question qui faisait tant d'effet Thyphen. De son regard bleu perçant, elle le regarda droit dans les yeux sans ciller, une lueur de détermination accompagnée d'un sourire malicieux. « Va-y, approche que je te démolisse la figure mon beau. » Mais malheureusement pour elle, il décida de débrousser chemin et les quitta dans un magnifique : « On se reverra ». Fanny ne pu s’empêcher de répondre à la place de Thyphen, les deux auraient une discussion après.

    « J’y compte bien ! »

    D’accord, ce ne lui était pas adressé mais elle avait lancé cette réplique avec son sourire narquois digne d’une parfaite Serpentard. Ne lui dite pas ça sinon ça pourrait aller mal mais elle n’entendit plus sa voix et le groupe disparus, pendant que Fanny restait droite et confiante. L’année commençait si bien, cela lui avait manquer de croiser chaque jour des personnes qui pourraient l’intéresser. Et puis, un rôle de préfète, parfait. Splendide, excellent. Qu'on l'a prenne pour un bouclier était une chose et Fanny ne s'était même pas rendu compte que la jeune fille lui tenait toujours le bras, peureuse. C'est quand une sensation la quitta qu'elle remarqué la grosse trace rouge sur son bras. Elle n'y était pas aller doucement en plus mais l'adolescente ne fit aucun commentaire, cela lui importait peu d'avoir une marque sur son corps.

    - « Ca ne se fait pas en étant préfète, c'est clair mais tant pis! »

    Un petit moment de détente ne lui ferait aucun mal. C'est pour cela qu'elle parla amicalement, oubliant complètement l'incident et fit une petit grimace qui ne voulait pas dire grand chose, au milieu de sa phrase. Tant pis, elle pouvait bien être comme avant que son rôle soit là ou pas. Mais tout de même, elle devait se contrôler pour pouvoir se faire respecter des autres. Alàlà, quel sera le bonheur en montrant le chemin aux premières années pour aller dans la salle commune des Serdaigles puis passer devant les autres pour faire la police. Qu'on allait la haïr pour ses paroles franches, qu'on allait serrer les dents quand elle enlèverait points. Bien sur que ce n'était pas une sadique, mais ce n'était pas parce que l'on lui ferait un beau sourire qu'elle changerait d'avis. Oh que non!

    Ce n'était pas de sa faute si rester dans un coin la dérangeait, mais le monde lui donnait une étrange sensation de bien être, être regardée aussi. Mais ce n'était pas pour cela que la jolie brune prenait en compte les garçons, d'ailleurs elle ne s'amusait pas à les regarder, quand un coup de foudre arriverait, il sera là et puis voilà. Juste à présent, il y en avait qui lui avait demandé sans la connaître, d'autres qui lui disaient qu'elle avait de beaux yeux. Que les apparences, de quoi la faire rire ironiquement. Fanny avait son caractère et sa façon de voir le monde, on l'a trouvait souvent très mignonne avec son visage d'ange et ses yeux bleus perçants, il fallait dire que son physique n'était pas mal du tout, il y avait mieux mais elle avait un charme naturel sans se peigner le visage de peinture, du charisme, oui c'est ça.

    - « Fanny Strangert, préfète des Serdaigle et je suis aussi en 5ème année. »

    Lui dire, ne pas lui dire? Gros dilemme. Les deux ne se connaissaient pas encore mais la jeune fille allait ouvrir sa bouche, que tout soit clair. Thyphen comprendrait où elle voulait en venir.

_________________


J'ai beau t'aimer
Tu pars quand même

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Typhen F. Klein
Poufsouffle & Cinquième Année
Poufsouffle & Cinquième Année
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Particularité* : Méfiante.
Une chose à dire ?* : Mon coeur est un fruit... Cueille-le et je ferais de toi mon héros...
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Dim 23 Déc - 13:56



  • Typhen observait se qu’il se passait. Elle c’était rapidement cachée derrière Fanny et était restée tétanisée. Bouuh qu’est ce qu’elle détestait cela d’être peureuse. En faites le mot peureuse ne lui convenait pas c’était plutôt le mot confiance qui n’était pas présent. Regardant le dos de Fanny, elle l’écouta. Quelques mots sortirent de sa bouche de Préfètes et Typhen frissonna. QUOI ? non mais elle rêvait, ils n’allaient pas les revoir. Hors de question ! Typhen, c’était alors collée contre le mur tellement tétanisée rien qu’a l’idée de ressentir une nouvelle fois la main froide d’un Serpentard. Remarquant rapidement la marque qu’elle venait de faire sur l’un des bras de la jeune Serdaigle, Typhen, ouvrit la bouche et bégaya quelques mots incompréhensible. Quand cette dernière lui sortie une phrase lui faisant comprendre qu’elle était Préfète de Serdaigle, Typhen écarquilla les yeux du genre : O_O. Venant alors respirer calmement elle lui sourit timidement, et regarda les autres garçons les observer. Se sentant de nouveau mal à l’aise, elle commençait à bien aimer Fanny. Peut être deviendrait-elle amies, ça personne ne le savait encore. Restant appuyée contre la porte, elle regardait Fanny sans trop quoi dire. Une question lui avait souvent trotté dans la tête. Qu’est ce que sa faisait d’être préfet de sa maison ?; Typhen lui proposa sa question.

    « Tu es préfète ? Est-ce que c’est intéressant ? »

    Demanda-t-elle comme si elle était intéressée. Bien sur elle s’intéressait aux préfets pas pour les belles gueules qu’il y avait loin de là. En faites Typhen avait longtemps songée à s’inscrire au post de préfète de sa maison. Un petit sourire en coin de lèvres et un regard qui c’était apaisé, la jeune fille se décolla du mur doucement comme si elle venait d’y être projetée et qu’elle avait du mal à se redresser. Soupirant, elle passa un bref coup de main dans son dos ainsi que sur ses jambes derrière. Observée par les garçons tout comme Fanny l’était, Typhen prit le bras de sa compagne et se mit à marcher dans l’allée centrale. MY god !tous ses regards tournés sur elle mettait Typhen plus que mal à l’aise. Un regard tantôt à gauche un autre tantôt à droite, elle restait bien proche de Fanny sachant très bien qu’elle savait ouvrire sa bouche quand il le fallait. Cependant Typhen se sentait honteuse de ne pas savoir le faire elle aussi. Venant alors mettre un pied devant l’autre, elle se sentait comme en sécurité à tenir le bras de la jeune fille. Se retrouvant entre deux groupes de garçons qui parlaient de tout et de rien, Typhen frissonna aux sons de leurs voix graves mais ils y en avaient qui n’avaient pas encore muées ce qui donnait un résultat des plus aigu. Venant de nouveau frissonner aux sons des voix, elle Regarde Fanny qui se présenta et lui sourit.

    « C’est jolie Fanny , c’est mon deuxième prénom. »

    Répliqua-t-elle machinalement. Venant se rendre compte qu’elle venait de raconter un minuscule morceau de sa vie, elle soupira doucement gênée et regarda devant elle. Arrivant enfin à la grande porte du hall, elle regarda dehors les élèves qui grelottaient dans tout les sens. Typhen eu un petit rire sur le coup. S’assied sur une grosse pierre qui se disait être le rebord de la fenêtre et remonta ses jambes contre elle. Venant regarder Fanny, elle lui demanda doucement en regardant dehors.

    « Tu sais te faire respecter aparament… »

    Lui adressant un petit sourire, elle se blottissait contre ses genoux qui lui tenaient chauds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanny Strangert
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 28
Particularité* : SERDAIGLE - 5ème année
Une chose à dire ?* : Est-ce que je dois me justifier pour faire ce que je veux? Non. Et puis personne ne peut m'arrêter.
Date d'inscription : 15/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Modérateur / Préfet.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Dim 23 Déc - 15:44

    Fanny était une fille qui ne mâchait pas ses mots quand il le fallait, c'était une constatation irréfutable mais elle pouvait aussi se faire passer pour une adolescente gentille, timide et souriante. Au théâtre, changer de rôle n'est pas bien difficile quand on a été entraîner, Fanny en a fait en étant petite et cela lui a permit de ne plus se juger et de regarder loin quand il le fallait. Ce n'était pas facile mais avec un investissement profond et de la détermination, la vie peut être surmontable. Si elle avait baissé les yeux et était partie en courant, fuyant les obstacles qui se dressaient sur son chemin, son poste aurait été remit en cause, elle aurait pu être jugée et sa fierté en aurait prit un coup. Tout mais pas cela, ce n'était pas de la lâcheté qu'on pourrait la critiquer mais d'ouvrir trop sa bouche. Il y avait un milieu mais elle n'arrivait pas à y accéder ou plutôt que l'envie n'y était pas. Pourquoi essayer de rendre une phrase gentille et douce alors qu'elle voulait dire tout le contraire? Ce n'était pas juste et puis mentir ne peut durer qu'un temps, après il faut assumer et dans bien des cas, ce n'est pas le choix le plus judicieux. Son rôle pouvait à présent lui permettre de se prendre pour quelqu'un et de faire la loi. Peut-être que son âge pouvait lui faire défaut mais sa maturité et son caractère bien trempé par moment ne laissait pas beaucoup de personne qui l'a rabaissait ou alors il n'y avait pas de justification, et ne comptons pas les Serpentards. Eux, elle les avait toujours cherché en voulant avoir le dernier mot mais le comble, c'était que cette maison n'était pas la pire selon elle. Enfin, elle n'avait pas de problème avec eux en particulier mais avec les Gryffondor, c'était autre chose. Que voulez-vous, quand les adolescents veulent se prendre pour des héros, qu'ils l'assument jusqu'au bout au moins parce que beaucoup se pavanait tel des pans mais en fin de compte, il n'y avait rien.

    - En réalité, mais ça reste entre nous hein, je le suis que depuis cette année alors pour l'instant je ne peux pas vraiment dire si c'est intéressant ou non mais... ça peut toujours servir.

    Etre préfète n'avait pas que des bons côtés, il fallait faire des rondes et punir les élèves mais ils n'étaient pas aussi libres que l'on pourrait le croire. Enfin, depuis que Rogue était directeur de Poudlard, peut-être bien que si, après tout. Intéressant? Un poste tel que celui-là était toujours enrichissant, mais elle ne savait pas encore avec qui Fanny serait pour faire respecter la loi dans cette école, mais elle espérait que ce ne soit pas un Gryffondor. Oh, elle n'avait rien contre eux mais ce n'était pas sa maison préférée, s'il fallait choisir bien sur. Serdaigle, sans vouloir se vanter, c'était celle qui avait le plus de valeur et qui accueillait les plus jeunes avec respect, donc jusque là, elle était confiante. Et puis, s'ils ne s'entendaient pas, c'était pareil. Typhen venait de changer de sujet, Fanny ne savait pas vraiment comment lui dire mais le courage ne s'achète pas, il faut savoir-faire des sacrifices jusqu'a risquer sa vie pour escompter gagner. Cependant, elle remit une mèche qui s'engagea à lui barrer la route pour continuer de regarder les adolescents en train de partir et lui sourit gentiment. Le regard des autres ne la dérangeait aucunement, quand on s'en préoccupe, c'est que quelque chose ne tourne pas rond, que les jugements des autres ne sont pas si faux et que notre être a quelque chose à se reprocher. Mors, ne lèche pas.

    - Merci, c'est gentil. On dit toujours qu'on aime jamais son prénom et qu'on préfère celui des autres, j'aime le mien.

    Rigoler, la seule chose de possible pour détendre l'atmosphère et puis on disait toujours qu'une fille était plus jolie en souriant qu'en faisant la tête. Si elle aimait son prénom, ce n'était pas parce qu'il était beau ou qu'il sonnait bien mais car sa grand-mère le lui avait dit. " Tu sais, ma petite fille, n'oublie jamais que Fanny est une fille bien, ne l'oublie jamais ". Quelques heures après cette déclaration, Simone était parmi les morts. Fanny en avait été toute retournée, assez pour devenir presque mauvaise mais c'était grâce à cela qu'elle avait réussit à revenir sur le droit chemin et aussi avec la coopération du choixpeau en première année. Que se serait-il passé si elle était tombée à Serpentard, dans cette fosse à lion?

    - Non, je dis ce que je pense, c'est tout. Tu devrais faire de même, se laisser marcher sur le pieds n'est pas une solution. Un jour ou l'autre, tu devras se rebeller et si tu ne te prépare pas, tu vas avoir mal... je ne dis pas ça pour te faire peur mais des serpentards ne sont rien comparés aux épreuves de la vie après Poudlard. Je peux t'aider, a toi de voir si tu préfères de cacher toute ta vie ou apprendre à affronter les autres. Ce n'est pas si dur...

    Fanny ne savait pas du tout comment la Poufssouffle réagirait mais qu'importe. Elle n'avait pas été dur, enfin c'est ce que pensait la Serdaigle en tout cas. Chacun le prenait différemment mais elle espérait que ses paroles avaient pu aider la jaune. Etre gentille était une qualité remarquable, être naturelle aussi et elle ne voulait absolument pas que Typhen le prenne mal. La jeune fille avait l'air d'être quelqu'un d'agréable, elle voudrait bien l'avoir comme amie mais son caractère en faisait fuir plus d'une. C'est vrai qu'il en fallait pour vouloir affronter dix personnes alors que nous n'étions qu'en première année mais ce n'est pas l'âge qui fait tout. D'ailleurs, elle s'était fait prendre plusieurs coups mais le jeune homme de quatrième année à l'époque n'en était pas ressortit indemne. Elle se stoppa quelques instants, la regarda le plus gentiment possible et détourna le regard en remettant une mèche de cheveux derrière son oreille droite. Des groupes de garçons les regarderaient toujours, quoi qu'il arrive et elle s'y était fait avec le temps. La beauté ne comptait même plus, il n'y avait plus que sexe pour eux. Voilà pourquoi Fanny restait froide avec les garçons, si c'était ainsi, elle préférait se faire haïr que de se faire prendre pour une salope.

_________________


J'ai beau t'aimer
Tu pars quand même

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Typhen F. Klein
Poufsouffle & Cinquième Année
Poufsouffle & Cinquième Année
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Particularité* : Méfiante.
Une chose à dire ?* : Mon coeur est un fruit... Cueille-le et je ferais de toi mon héros...
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Lun 24 Déc - 19:48



  • Typhen était toujours assise les jambes remontées contre elle. Le regard qui c’était de nouveau plongé dans le paysage dehors. Les feuilles bougeaient de droite à gauche à cause du vent violent qui ce faisait entendre. Des violentes rafales de vent venaient taper contre les portes fermées les laissant bouger légèrement. Un bruit de claquement ce fit entendre. La porte du hall venait de se fermer brusquement sous l’effet d’une bourrasque. Pfiou violent ! Regardant Fanny, elle la fixa du regard avec un petit sourire légèrement timide qui exprimait assez son renfermement envers les autres que se soit filles ou garçons. Le regard dans celui de la jeune bleu, Typhen gardait un petit sourire. Projetant son regard de nouveau dehors, elle observait un groupe de filles certainement de la même maison étant donné qu’elles riaient ensemble. Après tout elles pouvaient ne pas se connaîtrent non plus après tout. Bref ce n’était pas son problème. Des oiseaux volaient en direction des pays chauds ce qui voulait vraiment tout dire. Le froid était présent et ne plaisait guère aux oiseaux. Fanny lui répliqua alors une certaine phrase du genre « - En réalité, mais ça reste entre nous hein, je le suis que depuis cette année alors pour l'instant je ne peux pas vraiment dire si c'est intéressant ou non mais... ça peut toujours servir. ». Alors comme ça elle ne savait pas ce que sa faisait d’être préfète ? Réfléchissant à plusieurs reprise avant de dire quelques chose elle se décida.

    « Hum d’accord. »

    Que dire de plus après tout ? Typhen avait toujours pensé à être Préfète de Poufsouffle mais son manque de confiance ne elle lui refermait beaucoup de porte et cela était dommage. Reportant son regard à la bleu quelques instants, elle lui adressa un petit sourire avant de jeter un rapide coupd’œil aux gars du hall. Au fur et à mesure du temps, elle s’y habituait. Des regards posés sur elle et sur sa nouvelle « amie » ne les dérangeaient plus désormais. Typhen était loin d’être une fille qui se taisait. Bien au contraire, elle ouvrait sa bouche mais jamais devant des hommes enfin plus des garçons dans ses années. Malgré les apparences Typhen savait se défendre, ouvrir sa bouche, avoir confiance en elle,se rebeller. Et oui la petite jaune était de loin une Sainte qui faisait tout comme lui disait ses professeurs. Oh que non loin de là, c’était une rebelle sous ses airs de garce. Rare avait été les gens qu’ils l’avaient vu ainsi. La nuit… La nuit était le moment idéal pour voir une Typhen contraire du jours. Adorant la nuit, elle se trouvait confiante et personnes venait à l’embêter. Parfait ! Les fois ou elle croisait des personnes dans les couloirs, elle laissai passer sauf si c’est derniers venaient la chercher et la plop la jeune Klein se rebellait. Typhen était dans la lune écoutant les diverses conversations autour d’elle. Le regard dans le vide, elle sortie de ses pensées quand une porte claqua de nouveau. Sacré vent ! Quand Fanny lui dit qu’elle aimait elle aussi son prénom, la jeune Klein sourit plus grandement à sa compagnie.

    Typhen regardait Fanny comme si c’était un modèle. Certainement plus âgée d’un ans qu’elle ou non peut être même pas mais cependant pas plus jeune, elle se sentait bien en sa compagnie. Typhen avait rarement eu d’ami(e)s. Oui elle avait toujours eu beaucoup de copains et de copines mais les ami(e)s étaient rare très rare et quand il y en avait un fallait absolument le garder. Beaucoup de personnes considérait Typhen comme une fille qui ne savait pas s’assumer seulement ils l’a jugeaient sans la connaître. Car connaissant Typhen, elle était loin d’être la petite fille à papa. Regard encore une fois plongé dans celui de sa compagnie depuis la fin de la réception, elle avait mal au ventre tellement elle avait mangé. Et oui Typhen était une gourmande, mais tellement gourmande qu’elle ne savait pas s’arrêter en temps et en heure. Sacrée Typhen. Tout d’un coup le groupe de filles qui était dehors quelques minutes auparavant rentra en furie dans la hall. Remarquant leur blason. Serpentard. Bouuh un frissonna passa dans le dos de Typhen qui avala sa salive. Fière comme des cruches sortant d’un bal costumé avec de magnifiques robes, les jeunes filles passèrent à côté de Fanny et Typhen l’une d’entre elle se mit à rire d’elles. Oui ELLES. La jeune Poufsouffle se demandait si Fanny les avaient remarquées et si elle allait réagir. Cherchant le regard de Fanny, Typhen soupira et fronça les sourcils puis dit d’une voix assez forte pour qu’elle l’entende. Sa allait être un exploit pour la jeune.

    « Tu veux … notre photo ? »

    Ola ! Typhen se réveillait ? Les Serpentarde se retournèrent et revinrent vers elles mais le même groupe de gars de quelques instants plus tôt les appela. Typhen avait commencé à flipper quelques secondes de stress qui étaient montées en elle. Les filles détournèrent le regard et partir avec les garçons de leurs maison. Typhen soupira de soulagement et regarda Fanny qui ne tarda pas après à lui sortir une proposition d’aide. Une belle phrase qui avait marqué Typhen un peu. Fanny ne connaissait pas Typhen et elle était légèrement susceptible. Prenant mal quelques paroles, la jeune jaune prit de nouveau sur elle et se mit à réfléchir. Elle ne connaissait pas Fanny non plus. Sa venait certainement d’une bonne intention. Le morceau de phrase qui lui fit remonter la tête vu ce dernier : « Je peux t'aider, a toi de voir si tu préfères de cacher toute ta vie ou apprendre à affronter les autres. Ce n'est pas si dur...». C’était vrai … Très vrai que ce n’était pas dur mais la pauvre Typhen était incapable de s’imposer en plein jours. La nuit on lui avait souvent dire que c’était la fille de la nuit, la dame de la nuit, la reine de la nuit. Venant de se rendre compte que finalement sa réplique n’avait peut être pas été bien placée, elle regarda Fanny en se tournant les pouces. Accepter ? pas accepter ? Pas accepter ou accepter ? Allez hop Accepter. Elle lui dit alors d’une voix baisse la tête baissée…

    « Aide moi Fanny… »

    Relevant la tête doucement, elle lui adressa un petit sourire. Sa parole tenait-elle tout le temps ? Espérons pardi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanny Strangert
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 28
Particularité* : SERDAIGLE - 5ème année
Une chose à dire ?* : Est-ce que je dois me justifier pour faire ce que je veux? Non. Et puis personne ne peut m'arrêter.
Date d'inscription : 15/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Modérateur / Préfet.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Mer 26 Déc - 11:51

    Fanny ne voulait pas que cette jeune fille se replie sur elle-même et que durant toute sa vie, il ne serait qu'une lutte pour essayer de sortir un mot qui ne voulait rien dire. On dit toujours ce que l'on pense et on assume après. Il faut aussi être intelligent car si un simple élève allait parler au seigneur des ténèbres pour lui dire ses quatre vérités, cela n'aurait aucun sens et puis la mort serait certaine. D'ailleurs, peut-être que c'était une surprise mais Fanny ne s'amusait pas à dire " Voldemort " comme d'autres le faisaient, se croyant courageux. De vrais petits Gryffondor quoi, alors qu'il n'y avait rien de tel hein. Cela ne voulait rien dire et quand il fallait bondir, tous ces adolescents courraient vers une porte de sortie. Elle en rigolait à chaque fois, il vaut mieux ne rien dire et avoir le courage en soit que de le crier et de n'avoir que de la gueule. C'était toujours ainsi et la jeune Serdaigle n'y pouvait rien du tout. Ce n'était pas un problème et quand il fallait déployer ses ailes, elle ne sautait pas partout pour être vue mais petit à petit. C'était simple, il fallait être intelligent, rusé et manipulateur. Les Serpentards n'étaient pas les seuls à avoir ces qualités, chaque individu les avaient, endormi au fond de leur être. Aussi simple, elle pensait que dans chacun, il y avait du bon et du mauvais. Après, les hommes choisissaient leurs camps, on peut toujours décider, il en est toujours temps.

    Typhen, une jeune fille de quinze ans qui n'osait pas franchir le pas mais Fanny savait qu'avec un peu de soutient, elle deviendrait une magnifique jeune femme sur d'elle et que l'on aime. Il le faut, après libre à elle de devenir populaire ou de rester une simple fille jolie qui fait tourner bien des têtes sans le savoir, c'était son problème et non le sien. Mais le Serdaigle ne pouvait pas rester assise sans rien faire, tôt ou tard, la Poufssoufle le lui reprocherait et cela pourrait mal tourner. Quand on ne la connaissait pas, elle paraissait gentille et toujours de bonne humeur mais elle était aussi impulsive, il lui arrivait fréquemment de donner un coup de poing à une fille qui avait sa langue trop tendue. Il le fallait et c'était les lois de la jungle, rester en vie. Les adolescents étaient bien plus forts et malins qu'un adulte qui veut tout de même respecter certaines règles. Mais bon, Fanny n'était pas une méchante personne vu qu'elle avait atterrit à Serdaigle mais cela ne voulait rien dire pour d'autres. La regardant, elle entendit des rires provenant de derrière. Petit roulement au niveau des yeux en signe d'exaspération, elle était impulsive mais ce genre de fille ne valait pas le coup qu'elle s'énerve. Se tournant vers Typhen, un sourire de réconfort, elle essaya de la persuader de parler, de prendre la parole et de dire tout haut ce qu'elle pensait tout bas.

    Cela avait marché, oui, Fanny était la meilleur! Personne n'en avait douté mais elle était contente. Heureuse que la jeune fille l'ait écouté et que maintenant, elle puisse se décharger de ses problèmes quotidiens pour en avoir d'autres. Le fait de répondre entraîner des haines et ses conflits mais c'était les aléas de la vie. Que ces filles viennent et Fanny allait s'en charger. La plupart du temps, il suffisait d'élever la voix et de ne pas ciller et elles comprenaient que leurs regards n'avaient aucun impact sur nous et là, elles se dégonflaient. Ou alors, ces même personnes sautaient dans la cage et nous devions nous battre, que le meilleur gagne. Fanny ne lui demandait pas de les écraser et de manger leurs boyaux mais juste de lancer au moins deux mots justes pour leur prouver que ce n'était pas un fantôme mais bien une fille avec un caractère qui se trouvait devant elles. Quand la Serdaigle entendu sa réplique de sa future amie, elle se retint d'éclater de rire, se mordant la lèvre inférieure jusqu'au sang mais elle laissa échapper un petit rire camouflé, tout de même. Amusée? Oui, beaucoup. La tête des Serpentards valait le coup d’œil, voilà pourquoi elle aimait sa maison, on les croyait si gentils avec les Poufssoufle que quand l'un d'eux remballait quelqu'un, les adolescentes te regardaient, ébahis. Et oui, le père Noël n'existe pas les petits, il est temps d'ouvrir les yeux! Les jeunes filles venaient vers elles, Fanny se fichait pas mal qu'on rigole d'elle, tant que l'on s'aime le reste ne compte pas. Oh, tient comme par hasard les mêmes garçons qui avaient cru être supérieur à Typhen prenaient par à la conversation et comme par hasard, les filles partaient. On allait prendre la jolie brune pour une tigresse. Tant mieux, il fallait pouvoir se défendre.

    - Bien sur que je vais le faire! Tu vas voir, en un rien de temps tu ne te souviendras même plus de ton ancien " toi ". On va te respecter et tu pourras te faire des amis et te dire chaque soir en te couchant: " Je me sens bien ". Mais il ne faut pas en abuser, ce n’est jamais bien d’être quelqu’un de déterminant à Poudlard.

    Elle lui sourit sincèrement et lui proposa de marcher, pour ne pas rester immobile comme deux pommées au milieu du passage. Fanny ne lui dit pas car ce n’était pas son caractère de féliciter quelqu’un pour si peu mais elle était fière de sa nouvelle amie, heureuse qu’elle lui fasse un minimum confiance pour parler à des Serpentards. Ce n’était que des filles mais le début était prometteur.

_________________


J'ai beau t'aimer
Tu pars quand même

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Typhen F. Klein
Poufsouffle & Cinquième Année
Poufsouffle & Cinquième Année
avatar

Nombre de messages : 162
Age : 25
Particularité* : Méfiante.
Une chose à dire ?* : Mon coeur est un fruit... Cueille-le et je ferais de toi mon héros...
Date d'inscription : 12/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Elève.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Dim 6 Jan - 13:23


  • HJ > tout simplement… M-I-N-A-B-L-E.

    Typhen était assise et chercha de l’aide auprès de Fanny. Elle ne savait même pas pourquoi lui avait-elle demandé de l’aide. Peut être le fait qu’elle lui est proposé et que Typhen se sentait dans l’obligation d’accepter ? Non elle n’était pas obligée, elle pouvait refuser mais ayant bien observé la jeune fille devant elle qui on voyait bien la considérait comme si non pouvait dire « faible » face aux autres et bien Typhen n’avait pas pu résister à l’envie d’être elle aussi forte face aux insultes des autres et même approches qui en se moment même lui faisaient peur. Bien sur tout le monde croyait à Poudlard que la jeune Klein était une jolie jeune femme timide, gentille voir peut être beaucoup trop mais ils ne la voyaient que le jours. Pourquoi , parce que la nuit ça changeait ? Bien sur. Typhen était une fille de nuit. Elle se sentait à l’aise non observée confiante la nuit et le jours c’était tellement perturbant, effrayant tous ses regards posés sur elle se moquant. Elle en frissonnait encore. Venant laisser tomber ses genoux dans le vide elle remarqua que Fanny saignait de la lèvre. Euh … qu’est ce qu’elle avait fait ? Typhen n’avait même pas remarquer la jeune Serdaigle avait rit quelques minutes auparavant et s’en était mordu la lèvre jusqu’au sang.

    « Mais Fanny tu saignes ? »

    Dit-elle d’une voix tout d’un coup angoissée. Ola mauvais elle allait commencer à paniquer pour ci peu ? Non juste qu’elle n’aimait pas le sang malgré qu’elle en est beaucoup vu dans sa vie. Se levant, elle regarda Fanny qui lui dégoisa une phrase. Typhen qui venait se rapprocher d’elle pour observer de plus près la coupure, elle s’arrêta et la regarda dans les yeux les sourcils légèrement froncés en l’écoutant attentivement. Elle venait de lui dire une phrase du genre « Bien sur que je vais le faire! Tu vas voir, en un rien de temps tu ne te souviendras même plus de ton ancien " toi ". On va te respecter et tu pourras te faire des amis et te dire chaque soir en te couchant: " Je me sens bien ". Mais il ne faut pas en abuser, ce n’est jamais bien d’être quelqu’un de déterminant à Poudlard. ». Ah ? La jeune Klein arqua un sourcil et se demanda pourquoi elle lui avait dit tout cela , ça devait certainement faire partie de la « thérapie » qu’elle allait lui infliger en lui donnant certains conseils et certainement défis si on pouvait appeler cela ainsi pour qu’elle russise à convaincre sa peur en plein jours. Venant soupirer de nouveau doucement, elle lui dit alors en passant une main dans ses longs cheveux noirs qui sont plus bruns très très foncés mais noir convenait aussi.

    « Tu sais Fanny j’apprécie vraiment que tu souhaite m’aider à « changer » parce que je ne sais pas mais… Je… Je suis faible face à eux n’est ce pas ? »

    Elle avait dit ces quelques mots d’une manière quasiment dramatique. En même temps ce l’était peut être un peu dramatique. Le regard remonté dans celui de la préfète de Serdaigle, elle se pinçait les lèvres machinalement pour éviter de baisser le regard mais plutôt de soutenir son regard. Elle s’attendait à un oui de Fanny, un oui lui foutant une claque, une très grosse claque dans sa figure mais qui allait lui être bénéfique par la suite. Typhen était faible en ce moment elle ne savait que faire, que dire, quoi penser et cela devenait désolant. Venant acquiescer quand elle lui proposa de marcher un peu et de ne pas rester dans ce coin Typhen la regard et lui fit oui de la tête ce mettant à marcher. Aux côtés de Fanny, elle se sentait on va dire protégée et donc bien. Le regard sur les personnes devant elle, elle croisa ses bras devant elle et observa,nt par la suite ses pieds l’un devant l’autres, elle demanda à Fanny d’une voix douce et posée.

    « Je te remercie Fanny. »

    Lui dit-elle en remontant le regard sur elle pour lui adresser un petit sourire franc et sincère la remerciant de tout ce qu’elle allait faire pour elle. Une amie ? Peut être trop tôt pour Typhen pour dire le mot amie mais c’était sur le bon chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fanny Strangert
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
Préfet Serdaigle, 5eme Année.
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 28
Particularité* : SERDAIGLE - 5ème année
Une chose à dire ?* : Est-ce que je dois me justifier pour faire ce que je veux? Non. Et puis personne ne peut m'arrêter.
Date d'inscription : 15/12/2007

Feuille de personnage
Rang au sein du forum: Modérateur / Préfet.
MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   Sam 12 Jan - 21:00

    Beaucoup de change changea radicalement en une seule journée, trop de mouvements qui rendaient la nouvelle préfète presque inquiète. Les Serpentards avaient déjà assez de pouvoirs alors si cela s'accentuaient avec le temps, le monde tombait bien bas. Malheureusement pour eux, Fanny n'allait pas aller se cacher dans un trou quand ils traqueraient des étudiants à cause de leurs sangs, comme si cela avait une importance capitale. Si on lui demandait de décrire un sang pur, ce serait automatiquement: " Sorcier beaucoup plus idiot que la moyenne ". Les élèves pensaient qu'ils étaient puissants mais au fond, ceux-là savaient très bien que leurs sangs ne leurs serviraient pas à grand chose bien longtemps. Pourquoi? Drôle de question mais elle se permettrait d'y répondre rapidement pour ne pas perdre de temps. Quand le seigneur des ténèbres auraient détruit chaque enfant de moldu résidant dans Poudlard, si cela arrive un jour, le sang sera une sorte de d'habitude et donc celui-ci ne sera plus aussi important pour eux. Les choses banales ne sont même plus prises en considération, voilà tout, c'est simple non? Pour le moment, ils n'en étaient pas encore arrivés à cet étape-là mais la jeune Serdaigle s'attendait à tout. Les verts étaient peut-être malins mais elle ne se gêneraient pas pour leur dire ce qu'il faut. Dans ses pensées, elle ne sentit même pas sa lèvre intérieur s'ouvrir sous la menace de leurs sauter au coup et cela entraîna un début de saignement de sa part. C'est sa nouvelle amie qui lui rappela. Le sang, ce n'était rien pour elle, du rouge comme du jus de tomate.

    " Tu as raison, j'ai du me mordre un peu trop violemment la lèvre "

    D'un simple haussement d'épaule, la jeune fille ne prit pas peur, du sang n'a jamais tué quelqu'un à sa connaissance et puis c'était le sien et une quantité si infime ne pouvait rien lui faire, à part tacher sa cape. De ce fait, elle s'essuya avec un mouchoir et fit un petit sourire de remerciement à la jeune Poufssoufle. Dire qu'en cinq ans, les deux ne s'étaient pas parlés une seule fois, c'était étrange au fond pour Fanny. On la critiquait souvent sur ce sujet: " Tu parles trop à tout le monde, tu veux ta mort? ". Oui, elle aimait cela, communiquer avec n'importe qui même si c'était un Serpentard, essayer, toujours tenter et se relever en dernier. Fanny ne voulait pas la changer complètement, mais on voudrait avec du soutien quand cela est recommandé. Cette fille semblait mal à l'aise avec les autres, cela pouvait changer mais après si elle décidait de renoncer, Fanny ne dirait rien et partirait, reviendrait lui parler quand elle la croiserait dans les couloirs mais ne la dérangerait pas plus que ça. Elle savait garder des distances quand les autres en voulaient, elle savait des choses et n'en savait pas d'autres, une adolescente normal en autre.

    " Faible? On est jamais faible fasse à quelqu'un, on ne sait pas comment s'y prendre, c'est tout. Tu sais, notre passé forge notre caractère mais c'est aussi nous-même qui font que nous sommes comme ci ou comme ça, tu devrais être fière d'être une fille bien. Tu te trouves faible? Je te trouve juste quelque peu... différente des autres idiots de ce collège. "

    Ce mot lui était insupportable, personne n'était réellement faible, ils ont chacun une personnalité différente qui fait que certains s'adaptent mieux que d'autres à la communauté mais rien de tel. Non, cette fille n'était pas faible mais sa vision n'était pas assez large pour Fanny, elle pensait aux garçons de cette école mais elle n'avait pas vécu ce qu'avait vécu la Serdaigle. Heureusement d'ailleurs mais cela lui avait donné la force suffisante pour pouvoir tous les affronter et encore maintenant, sa grand-mère l'aide encore maintenant, même dans le ciel, loin derrière les étoiles, dans une contrée lointaine qui regroupe chaque fantôme ayant un bon fond. Elle l'aimait tellement que son amour ne pouvait être exprimé extérieurement. Tout en ressassant ses souvenirs la concernant, elle fut fière de sa nouvelle amie, Fanny n'en considérait pas beaucoup comme ceci, juste Cindy de Serdaigle, Annya de Serpentard et James de Serdaigle. Les amis n'ont pas besoin d'être nombreux.

    " De rien, ça me fait plaisir "

    La jeune fille lui rendit son sourire, tout en continuant à marcher à côté, se trouvant comme l'ange gardien de Typhen, comme ci celle-là était sa protégée. Et vous savez ce que l'on a si on touche un protégé? Beaucoup plus qu'une simple fessée...

    [ J'ai enfin trouvé ma couleur *.* ]

_________________


J'ai beau t'aimer
Tu pars quand même

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un regard autre que douloureux [ PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un regard autre que douloureux [ PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» " L'INTENSITE D'UN REGARD "
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre
» Le regard est'il le miroir de l'âme ????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hogwarts Wiggenweld :: Rez de Chaussée :: Hall d'entrée-
Sauter vers: